Accéder au contenu principal

Ariel Castro, le tortionnaire de Cleveland, victime d'une "asphyxie érotique" ?

AFP

Condamné en août à une peine de prison à vie pour avoir séquestré trois femmes durant une dizaine d'années, Ariel Castro a été retrouvé pendu dans sa cellule d'une prison de l'Ohio.

Publicité

Le tortionnaire de Cleveland fait encore parler de lui. Plus d'un mois après la mort d'Ariel Castro, qui avait séquestré et violé pendant 10 ans trois Américaines, l'administration pénitentiaire de l'Ohio a mis en doute la thèse du suicide dans un rapport. Le décès de l'homme de 53 ans, retrouvé pendu dans sa cellule le 3 septembre, pourrait être simplement la conséquence accidentelle d'une "asphyxie érotique".

"Il ne semble y avoir aucune motivation connue, ni établie à un suicide", souligne le rapport, sans pour autant conclure catégoriquement à un accident.

Cette pratique masochiste dangereuse consiste à se priver volontairement d'air pour diminuer le taux d'oxygène dans le cerveau et accentuer le plaisir de la masturbation, par exemple en se serrant le cou avec un nœud coulant. Une théorie d'autant plus crédible qu'Ariel Castro, qui avait reconnu peu après son arrestation être "dépendant de la pornographie" au point de devenir "impulsif" et de ne pas réaliser "ce qui est mal" a été découvert pendu à un gond de la fenêtre de sa cellule, un drap autour du coup et son pantalon et ses sous-vêtements "baissés jusqu'aux chevilles".

"La signification de ces (derniers) détails reste incertaine", poursuit le rapport, précisant que ces informations ont été envoyées aux autorités supérieures de l'État de l'Ohio "pour prendre en considération la possibilité d'une asphyxie érotique".

Le prisonnier n'avait pas laissé de note

Ariel Castro est mort  un mois après avoir été condamné à la prison à perpétuité --assortie d'une peine de prison de 1 000 ans-- pour avoir séquestré, violé et battu pendant plus de dix ans trois jeunes femmes dans sa maison de Cleveland.

Le prisonnier n'avait en outre laissé aucune note derrière lui avant sa mort ni montré de tendances suicidaires, selon le document, qui souligne "qu'aucune autre observation immédiate des lieux (de l'accident) n'a conduit à une quelconque conclusion sur les motivations" de Castro.

L'enquête a également permis de découvrir que certains gardiens de prison n'avaient pas effectué correctement leur ronde toutes les 30 minutes devant la cellule de Castro, comme cela est requis pour des cas spéciaux comme le sien. Ils auraient également falsifié les documents internes pour masquer leurs manquements.

Toutefois, les caméras de surveillance révèlent que les gardiens avaient bel et bien accompli leur ronde à 20H45 puis 21H15, au moment où le corps a été découvert. Deux d'entre eux ont été suspendus et risquent des sanctions, voire un licenciement.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.