Accéder au contenu principal
INTEMPÉRIES

Cyclone : En Inde, l'évacuation massive limite le nombre de victimes

3 mn

La côte est de l'Inde a essuyé, dimanche, les vents du cyclone Phailin, le plus violent qu'ait connu le pays en 14 ans. Les autorités, qui estiment avoir limité le nombre de victimes grâce à une évacuation massive, ont annoncé un bilan de 14 morts.

Publicité

L'Est de l'Inde continuait dimanche matin d'être battu par les vents et les précipitations apportés par le cyclone Phailin, le plus violent à frapper le pays en 14 ans. Le dernier bilan fait état d'au moins 14 morts, malgré l'évacuation d'un million de personnes.

"Il y a 13 morts dans l'Orissa et un mort dans l'Andhra Pradesh, nous avons réussi à minimiser le nombre de victimes", a dit le vice-président de l'agence nationale de gestion des catastrophes, Shashidhar Reddy, lors d'une conférence de presse.

Quelques heures auparavant, une source gouvernementale avait évoqué le nombre de six morts au total dans l'Orissa et l'Andhra Pradesh, les deux États les plus touchés par la tempête.

Plus d'un million de personnes évacuées

Le mouvement d'évacuation des populations organisé par l'Inde, avant l'arrivée du cyclone Phailin, est le plus important jamais mis en œuvre par le pays en raison d'un phénomène climatique ont également indiqué dimanche à l'AFP les autorités.
"La précédente évacuation d'importance remonte à 1990 dans l'Andhra Pradesh, mais cette dernière est bien plus vaste", a déclaré Tripti Parule, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes naturelles. Au Bengale occidental, les hôtels de la côte avaient été évacués. Dans la ville côtière de Gopalpur (Orissa), des centaines d'habitants terrifiés ont passé la nuit dans des abris, des écoles et des bâtiments publics.

Le gouvernement de l'Orissa, peuplé de 40 millions de personnes, a fixé un objectif de "zéro victime" et de 100% d'évacuation des populations des zones les plus à risques.
En 1999, un cyclone arrivé sur la côte indienne orientale avait causé la mort de plus de 8 000 personnes.

La force d'intervention en cas de catastrophe naturelle, la NDRF, qui dépend de l'armée, a envoyé 1.200 soldats en Orissa et 500 dans l'Andhra Pradesh.
"Dès que la fureur du cyclone se calmera, nos gars commenceront leur travail", a déclaré à la presse Krishna Chaudhary, directeur général de la NDRF.

Les dégâts, humains et matériels, ne seront véritablement évalués qu'en cours de journée, mais le directeur général de la météo indienne, L.S. Rathore, a indiqué que le cyclone avait été particulièrement violent sur une bande de 150 km le long des côtes.

Phailin a commencé à faiblir à mesure qu'il progressait dans l'intérieur des terres, dans les États d'Odisha (ex-Orissa) et d'Andhra Pradesh.

Au lever du jour, dimanche, ses vents étaient déjà tombés à 90 km/h, contre 200 km/h samedi soir, lorsque Phailin avait atteint les terres près de la ville de Gopalpur, dans l'État d'Odisha.

Avec dépêches

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.