Accéder au contenu principal
GRÈCE

Grèce : le parti néonazi Aube dorée ne sera plus financé par l'État

AFP
3 mn

Le Parlement grec a adopté dans la nuit de mardi à mercredi un texte suspendant l'aide de l'État au parti d'extrême droite Aube dorée, dont six députés sont actuellement inculpés pour "constitution d'organisation criminelle".

Publicité

C’était une promesse du gouvernement grec contre Aube dorée : priver le parti politique d’extrême droite de financement public. Le Parlement grec a voté aux premières heures de ce mercredi 23 octobre une disposition en ce sens.

Le texte voté par 235 des 300 députés du Parlement monocaméral prévoit en effet de suspendre les subventions publiques pour les partis politiques embourbés dans des démêlés judiciaires. Plus précisément en cas d’inculpation de leurs dirigeants, ou d’un dixième de leurs députés, pour participation "à une organisation criminelle" ou à des "actes de terrorisme". Une décision jugée "illégale et anticonstitutionnelle" par Aube dorée.

En 2013, une enveloppe de 11 millions d’euros avait été allouée aux partis politiques du pays ayant des élus, dont 873 000 euros à Aube dorée. Devenu le troisième parti de Grèce, le parti - dont l’emblème ressemble à la croix gammée nazie - a fait son entrée au Parlement l’an dernier avec 18 élus.

Aube dorée est dans la ligne de mire du gouvernement depuis l’assassinat du rappeur d’extrême gauche Pavlos Fissas par un sympathisant fasciste du parti le 17 septembre à Athènes. Le Premier ministre Antonis Samaras considère le parti d’extrême droite comme une "organisation criminelle néonazie" qui menace la démocratie. Depuis le meurtre, le soutien à Aube dorée a chuté d’un tiers environ dans les sondages.

D'autre part, le secrétaire général d’Aube dorée, Nikolaos Mihaloliakos, et deux députés du parti ont été inculpés pour participation à un groupe terroriste et mis sous les verrous. C’est la première fois que des élus sont emprisonnés en Grèce depuis le coup d’État militaire de 1967. Trois autres députés ont également été inculpés mais laissés en liberté. Ils ont interdiction de quitter le pays. Les députés d’Aube dorée encourent dix ans de prison.

Avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.