Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée, la marche de l'opposition réprimée par la police

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

FRANCE

Écotaxe : Ayrault rencontre les élus bretons sur fond de grogne fiscale

© AFP | Manifestation d'opposants à l'écotaxe

Vidéo par Natalia GALLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/10/2013

Après les violentes manifestations survenues le week-end dernier dans le Finistère (Bretagne) contre l'écotaxe, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, rencontrera ce mardi les élus bretons et ministres concernés par ce projet.

Assouplissement ou report pur et simple de l’écotaxe ? Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, tentera d’enrayer ce mardi 29 octobre l’opposition grandissante contre cette taxe sur les camions de plus de 3,5 tonnes censée entrer en vigueur le 1er janvier 2014. Le chef du gouvernement rendra ses arbitrages à l’issue d’une rencontre à Matignon avec les élus bretons et les ministres concernés par cette mesure qui a provoqué de violentes manifestations en Bretagne le week-end dernier.

Dimanche, moins de 24 heures après les affrontements qui ont fait une dizaine de blessés au pied du portique écotaxe de Pont-de-Buis (Finistère), le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait assuré avoir "parfaitement entendu" et "parfaitement compris" le message des manifestants. Tout en évoquant la possibilité d’un abattement supérieur à celui de 50 % déjà prévu pour l’écotaxe perçue en Bretagne, le ministre avait néanmoins déclaré lundi sur la chaîne i-Télé que le gouvernement ne "pouvait pas revenir en arrière".

Cheval de bataille pour l’opposition de droite

L’écotaxe doit être payée pour tous les camions français ou étrangers de plus de 3,5 tonnes, roulant sur certaines routes (hors autoroutes payantes). Destinée à rapporter plus de 1 milliard d'euros par an, elle vise à inciter les entreprises à utiliser, pour le transport de marchandises, des modes moins polluants. Pour les écologistes, qui tiennent beaucoup à ce mécanisme, le gouvernement ne peut pas renoncer.

Cette taxe - à l’origine une mesure du Grenelle de l’environnement de Nicolas Sarkozy - est au contraire devenu un cheval de bataille pour l’opposition de droite, qui tire à boulets rouges contre la politique fiscale du gouvernement. L'UMP, dont les dirigeants se sont relayés lundi pour dénoncer les revirements successifs du gouvernement sur le front fiscal et réclamer l'abrogation de l'écotaxe, a ainsi indiqué qu'elle boycotterait la réunion tenue ce mardi à Matignon.

L'ex-ministre UMP du Budget Valérie Pécresse a déclaré que l'écotaxe était comme "la goutte d'eau qui fait déborder le vase" de la "révolte fiscale", annonçant le dépôt d'une proposition de loi pour la stabilité fiscale. L’ancien ministre UMP Bruno Le Maire a quant à lui estimé dans "Le Parisien" que le gouvernement socialiste était "en train de mettre le pays à feu et à sang".

Avec dépêches

Première publication : 29/10/2013

  • FRANCE-RUSSIE

    Greenpeace : accroché à la tour Eiffel, un activiste réclame la libération de 30 militants

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    Écotaxe : affrontements lors d'une manifestation d'agriculteurs en Bretagne

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    Les Bretons vent debout contre l'écotaxe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)