Accéder au contenu principal

Le chef de la Gestapo enterré dans un cimetière juif, selon un historien

Heinrich Müller, ancien chef de la Gestapo.
Heinrich Müller, ancien chef de la Gestapo. AFP

Selon le journal allemand "Bild", qui s’appuie sur les recherches d’un historien, l'ex-chef de la Gestapo Heinrich Müller a été enterré en 1945 dans la fosse commune d'un cimetière juif à Berlin. Le nazi faisait l'objet de nombreuses rumeurs.

Publicité

Heinrich Müller est l’une des plus grandes énigmes de l’après-guerre. Jamais celui qui était chef de la Gestapo n’a été retrouvé malgré les recherches intensives lancées par les Américains et les Britanniques après la chute du Reich. En 1949, les services secrets allemands le croyaient à Karlovy Vary, en Tchécoslovaquie. Mais pour l’historien Johannes Tuchel, qui s'exprime dans le quotodien allemand "Bild", Heinrich Müller était à ce moment-là déjà mort et enterré… dans un cimetière juif de Berlin.

"Müller n’a pas survécu à la fin de la guerre. Son corps a été enterré en 1945 dans une fosse commune du cimetière juif de Berlin-Mitte", assure le professeur. Il aurait été auparavant inhumé dans un jardin du QG de la Luftwaffe, l’armée de l’air nazie, avant d’être transféré dans ce cimetière.

Johannes Tuchel a longtemps enquêté avant d’acquérir cette certitude. Il s’est notamment basé sur le témoignage d’un fossoyeur, recueilli à Berlin-Est peu après la fin de la guerre. Il racontait avoir inhumé un homme en uniforme de général à Berlin-Mitte. Ses déclarations n’avaient pas été prises au sérieux par la police est-allemande de l’époque.

L'un des artisans de la solution finale

Mais près de sept décennies après la fin du régime nazi, Johannes Tuchel a retrouvé dans les archives de la ville de Berlin des documents et des décorations militaires retrouvées sur un corps enterré anonymement dans le cimetière de Berlin-Mitte. En recoupant ces données avec des informations qu’il avait auparavant recueillies auprès des services de renseignement américains et allemands, l’historien a conclu qu’il s’agissait bel et bien du chef de la Gestapo."De mon point de vue, tous les mystères entourant Heinrich Müller sont dissipés", a commenté Johannes Tuchel jeudi 31 octobre.

À la tête de la Gestapo, la redoutable police secrète nazie, de la police des frontières et de l’Office central pour la sécurité du Reich de l’Allemagne nazie, Heinrich Müller fait partie des personnages de premier plan du troisième Reich. En 1942, il a activement participé à la Conférence de Wannsee, où les nazis ont décidé la mise en place de la solution finale : l’extermination des juifs en Europe.

Le fait que l’un des cerveaux de la Shoah soit enterré parmi les juifs a considérablement ému la communauté hébraïque d’Allemagne. "Que l’un des sadiques nazis les plus brutaux soit enterré dans un cimetière juif, c’est une énormité de mauvais goût. On foule grossièrement du pied la mémoire des victimes", a ainsi réagi Dieter Graumann, le président du Conseil central des juifs d’Allemagne.

La dépouille du criminel de guerre risque fort de rester dans ce cimetière : elle est enterrée dans une fosse commune depuis 1945 et retrouver ses ossements s’annonce donc très compliqué. D’autant que l’exhumation est proscrite par la religion juive, ce qui rend d’autant plus délicate l’identification des restes.

Avec dépêches

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.