Accéder au contenu principal

Espionnage : John Kerry reconnaît que les États-Unis sont allés "trop loin"

AFP

Le secrétaire d'État américain a reconnu jeudi que le système de surveillance mis en place par Washington était disproportionné. Un aveu qui intervient en pleine polémique avec l'Europe sur les pratiques de l'agence de renseignement américaine NSA.

Publicité

C'est un premier aveu pour les autorités américaines. Jeudi soir, alors qu'il participait depuis Washington à une conférence vidéo organisée à Londres, le secrétaire d'État américain John Kerry a reconnu que son pays était allé "trop loin" en matière d'espionnage. Une annonce qui intervient en pleine polémique avec l'Europe sur la collecte massive de données par l'Agence nationale de sécurité (NSA).

"Dans certains cas, je vous le concède, comme l'a fait le président (américain Barack Obama), certaines de ces actions sont allées trop loin et nous allons nous assurer que cela n'arrive plus à l'avenir", a admis le chef de la diplomatie américaine .

John Kerry a toutefois tenu à justifier les pratiques de renseignements et de collecte d'informations, au nom de la lutte antiterroriste et la prévention contre d'éventuels attentats.

Selon lui, les autorités américaines ont déjoué de nombreux projets d'attentats ces dernières années, grâce à l'interception de communications et la collecte d'informations.

"Nous avons de fait empêché que des avions ne tombent, que des immeubles n'explosent et que des gens soient assassinés, parce que nous étions en mesure d'être au courant en amont de ces projets."

La NSA persiste et signe

Alors que la polémique avec les Européens ne faiblit pas, suite à de nouvelles révélations par voie de presse, John Kerry a indiqué que le président Obama était "résolu à tenter de clarifier et (...) (qu'il) procédait à un réexamen (de ces pratiques) afin que personne ne se sente trompé".

Un discours qui tranche avec celui du patron de la puissante NSA, le général Keith Alexander, qui a lui récemment démenti que son agence de renseignement ait capté des dizaines de millions de communications de citoyens européens.

(Avec dépêches)

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.