Accéder au contenu principal

RD Congo : 1 500 rebelles du M23 se rendent aux autorités ougandaises

AFP

Deux jours après la fin de leur insurrection en RDC, 1 500 rebelles du M23 se sont livrés aux autorités ougandaises. La rébellion dément toutefois la présence de son chef militaire Sultani Makenga parmi ces prisonniers.

Publicité

Une grande partie des combattants de la rébellion congolaise du M23, soit environ 1 500 hommes, s'est rendue aux autorités ougandaises, a indiqué jeudi 7 novembre à l’agence Reuters un porte-parole de l’armée ougandaise pour la région ouest du pays. "Nous les avons tous désarmés et nous sommes en train de rassembler et répertorier toutes leurs armes", a précisé le capitaine Ronald Kakurungu.

Une source au sein de l’armée ougandaise sous couvert d’anonymat a également annoncé que le chef du M23, Sultani Makenga s’était constitué prisonnier. "Je peux vous confirmer qu’il est avec nous. Il s’est rendu hier [mercredi] et nous le détenons quelque part avec d’autres de ses commandants", a assuré ce militaire. Contacté par FRANCE 24, un adjoint de Sultani Makenga a cependant démenti cette information. Selon lui, le chef du M23 n’est pas détenu pour le moment en compagnie de ses hommes.

Dix-huit mois après sa création, le mouvement du M23 a annoncé le 5 novembre la fin immédiate de son insurrection dans le Kivu, région de l’est de la République démocratique du Congo (RDC). La veille, la rébellion avait été chassée de ses dernières positions par l’armée.

Le gouvernement congolais avait fait de cette annonce publique une condition sine qua non à la signature d'un accord politique susceptible de mettre un terme définitif au conflit qui l’oppose au M23.

Avec dépêches

 

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.