Accéder au contenu principal

Berlin commémore les 75 ans de la Nuit de Cristal

AFP

L'Allemagne commémore ce week-end les 75 ans de la Nuit de Cristal, un pogrom qui a marqué le début de l'Holocauste. Hommes politiques et anonymes se réunissent afin de garder en mémoire cette nuit de 1938 où près de 30 000 juifs ont été déportés.

Publicité

Depuis samedi 9 novembre, hommes politiques, autorités religieuses et anonymes se réunissent à Berlin pour commémorer les 75 ans de la Nuit de Cristal, l'un des épisodes les plus sombres de l'histoire allemande.

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, des commerces et des habitations appartenant à des juifs ainsi que des synagogues ont été saccagés dans tout le pays. Les violences ont fait 90 morts et près de 30 000 juifs ont été déportés. Le pogrom, présenté par les responsables nazis comme une réaction spontanée de la population au meurtre d'un diplomate allemand par un jeune juif, fut en réalité ordonné par Adolf Hitler.

"Nous n'oublierons jamais de nous souvenir de la souffrance interminable des juifs, le début des discriminations dans la vie de tous les jours, leur exclusion progressive de la vie publique, les progroms et, par-dessus tout, le meurtre systématique des juifs d'Europe dans l'enfer de la Shoah. Notre promesse pour l'avenir, c'est de toujours garder vivante dans notre ville la mémoire des victimes", a déclaré le maire de Berlin, Klaus Wowereit.

Commémorations à Vienne et Varsovie

En signe de soutien, des centaines de commerçants allemands ont changé les vitrines de leurs magasins. De leur côté, les habitants ont été appelés à nettoyer les 5 000 petits pavés dorés gravés aux noms des victimes. Une façon de garder cet événement dans la mémoire collective. "C'est important de se souvenir de notre passé, que les jeunes générations se souviennent du pourquoi et du comment" témoigne ainsi un habitant.

Les commémorations des 75 ans de la Nuit de Cristal ont également été suivies à Vienne, où le rabin de New York, Marc Schneier, descendant de juifs viennois, a appelé à la solidarité avec d'autres minorités cette semaine. En Pologne, un millier de personnes ont également défilé samedi dans les rues de Varsovie. Dimanche, le pape François a lui aussi évoqué lors de l’Angelus à Rome "les violences de cette nuit entre 9 et le 10 novembre 1938 contre les juifs, leurs synagogues, leurs maisons, leurs commerces, qui ont constitué un triste pas vers la tragédie de la Shoah".

Avec dépêches

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.