Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Résiste !"

France 24

Presse française, Mercredi 13 novembre. Au menu de la presse française ce matin, le refus, a priori établi, de François Hollande, de remanier le gouvernement. Une décision qui n’empêche pas les spéculations en tout genre.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, cette vague de contestation qui inquiète le gouvernement.
 
Le vent se lève mais François Hollande aurait décidé de garder le cap, de ne «rien changer», d’après le Figaro, qui regrette que le chef de l’Etat refuse l’idée d’un remaniement, comme beaucoup l’y invitent, y compris au sein de son propre camp. François Hollande refuse de remanier, mais après tout, nous dit le Figaro, là n’est pas la question: «le seul vrai remaniement serait que Hollande remanie sa politique».
 
Ni changement de cap, ni remaniement, le président, a choisi de «faire le gros dos», de «tenir bon» dans la tempête, confirment les Echos, qui racontent qu’en coulisses, la bataille pour la succession de Jean-Marc Ayrault a toutefois commencé, une «course tactique» dans laquelle se seraient lancés «le lièvre, la tortue et le joker»: Manuel Valls, Martine Aubry et Claude Bartolone.
 
«Matignon, le bal des prétendants est ouvert», écrit le site du Monde, qui rappelle que «personne ne sait si François Hollande a vraiment l’intention de remplacer Jean-Marc Ayrault».
 
Rien n’est annoncé, ni en coulisses, et encore moins officiellement, mais ce matin, c’est la course… à toutes les spéculations. Le nom le plus souvent cité est celui de Martine Aubry, mais là encore, on lit tout et son contraire, ce matin, d’’abord, qu’elle devait déjeuner hier «en secret» avec François Hollande, mais qu’il n’a pas du tout été question de remaniement - à lire du côté des Echos, qui affirment que Martine Aubry «veut d’abord confirmer son ancrage lillois».
 
Martine Aubry est allée se «rappeler au bon souvenir du chef de l’Etat», écrit de son côté le Figaro, qui rapporte aussi qu’«Hollande va rincer Ayrault jusqu’au bout, peut-être même jusqu’à la fin du quinquennat», selon un conseiller ministériel.
 
Pour le moment, en tout cas, Jean-Marc Ayrault tient bon.Le Parisien raconte que les appels au remaniement, lancés jusque dans les rangs socialistes, lui ont finalement donné un peu de «répit».
 
Le Parisien qui nous apprend également que Jean-Marc Ayrault s’est vu reprocher, toujours par son propre camp, de «ne pas avoir assez protégé» Christiane Taubira contre les insultes racistes dont elle est l’objet. Libération rapporte que le magazine Minute, fait sa Une ce matin avec une ministre de la Justice «maligne comme un singe», qui aurait «retrouvé la banane». Le gouvernement semble décidé à réagir, cette fois. Le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il étudiait les «moyens pour agir contre la diffusion de l’hebdomadaire», qui va par ailleurs faire l’objet d’une plainte pour incitation à la haine raciale.
 
Le climat politique et social ne cesse de se dégrader. L’occasion de rappeler que c’est aujourd’hui la «Journée mondiale de la gentillesse». De l’importance et des vertus de l’attention à l’autre: «Et si on essayait la gentillesse ?» propose la Croix.
 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.