Accéder au contenu principal

Londres, mortelle capitale pour les cyclistes

AFP

La capitale britannique est une ville dangereuse pour les cyclistes. Cinq d’entre eux sont morts au cours des neuf derniers jours à Londres. Une pétition a été mise en ligne pour pousser le maire de la ville à prendre des mesures.

Publicité

Cinq cyclistes sont morts à Londres en l’espace de neuf jours. Treize depuis le début de l’année 2013. On ne compte même plus ceux qui ont été grièvement blessés. Le dernier cycliste de cette série noire s’est éteint dans la nuit de mercredi 13 à jeudi 14 novembre. Quelques heures auparavant, il avait été percuté par un bus à l’impérial sur Whitechapel High Street, l’une des principales artères de la capitale britannique.

Peu après le drame, le maire de Londres, Boris Johnson, a réagi à cette hécatombe en blâmant le "comportement à risque" des cyclistes, pointant le fait qu’ils sont nombreux à "griller des feux, à slalomer entre les voitures dans les bouchons et à débouler brusquement devant les véhicules". "Certains des cas [de cyclistes tués] dont nous avons eu connaissance ces derniers jours nous font vraiment mal au cœur, car nous avons pu constater que ces gens avaient pris des décisions qui ont réellement mis leurs vies en danger", a-t-il ajouté jeudi matin, sur les ondes de la radio LBC.

"Sauvez nos cyclistes"

De très nombreux citadins qui, chaque jour, enfourchent leur bicyclettes pour aller travailler ont accusé le maire de "fuir ses responsabilités". Une pétition intitulée "Sauvez nos cyclistes" et adressée à Boris Johnson, et à Andrew Gilligan, conseiller municipal en charge du cyclisme, a immédiatement été mise en ligne. Vendredi, vers 19 heures (heure de Paris), elle avait récolté 19 400 signatures."Quel est votre sens de l’urgence ?", y apostrophent les associations de cyclistes à l’origine de la pétition. "Boris, 13 morts en 2013, c’est 13 de trop", poursuivent-elles.

Trois des cinq victimes ont été happées par des bus ou des camions sur la "CS2", la "Cycle superhighway 2", une sorte d’autoroute pour vélos reliant Aldgate, au centre de Londres, à Stratford, à l’est de la ville. Ici, les pistes cyclables sont seulement symbolisées par des bandes peintes en bleu, sur des voies de bus, et sur lesquelles les voitures n’hésitent pas à rouler quand le trafic se fait trop dense. L’association "Cycling charity CTC" est dite "révoltée par l’incapacité persistante [des autorités] à protéger les cyclistes, en particulier des dangers que représentent les camions". L’année dernière, 14 d'entre eux ont été tués à Londres, ils étaient 16 en 2011. Selon une association de cyclistes, la moitié d’entre eux sont morts dans des accidents impliquant des camions. 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.