Accéder au contenu principal

Un éminent rabbin ultra-orthodoxe veut interdire la conduite aux femmes

ARCHIVES
ARCHIVES AFP

Le rabbin ultra-orthodoxe Amnon Yitzhak s'est prononcé contre le droit de conduire aux femmes, invoquant la loi religieuse juive, selon laquelle il est indécent et impudique que les femmes juives puissent conduire.

Publicité

Saoudiennes et juives ultra-orthodoxes, même combat ? Le site israélien "Kikar Shabat", qui s'adresse à la communauté ultra-orthodoxe haredim, rapporte qu’un éminent rabbin s'est récemment prononcé contre le droit des femmes juives à conduire des véhicules motorisés.

Ce rabbin, Amnon Yitzhak, s’est appuyé sur la loi religieuse juive, que les Haredim considèrent au-dessus de tout, pour étayer son affirmation, selon laquelle il est indécent et impudique que les femmes puissent conduire. "Après tout, qu’est ce qu’une voiture? C'est ce qui a remplacé les charrettes, or il n'y a jamais eu de femmes cochers", a-t-il déclaré, au cours d’une conférence organisée la semaine dernière.
 
Au cours de son argumentaire, le religieux a fait référence au rabbin Shmuel Wosner, une des figures les plus respectées de la communauté ultra-orthodoxe, indiquant qu’il était lui aussi opposé à la conduite des femmes. Shmuel Wosner, aujourd’hui âgé de 100 ans, et qui s’était déjà élevé en 2012 contre l’usage d’Internet, aurait indiqué que les femmes qui conduisaient s'exposaient à la vue de tous dans les rues. Cela pouvait entraîner des chutes et des erreurs de conduite d’autres automobilistes. De même qu’elles peuvent se retrouver elles-mêmes dans des situations de promiscuité jugées immorales.
 
Amnon Yithak n’est cependant pas le premier rabbin à vouloir interdire la conduite aux femmes. Avraham Yosef, fils de l’ancien chef spirituel du parti religieux Shas, a déclaré il y a quelques années que les femmes ne devraient à conduire qu’en cas d’extrême nécessité.
 
Les propos d’Amnon Yithak ne sont pas anodins, puisque la communauté haredim se caractérise par son rejet raisonné de la "modernité" et par son obéissance à ses rabbins, source unique de pouvoir légitime selon leurs croyances.

Cette polémique, reprise par l’ensemble de la presse israélienne, intervient en plein débat en Arabie saoudite sur l'opportunité d'accorder le droit de conduire aux femmes.

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.