Accéder au contenu principal

Yahoo met aux enchères ses noms de domaines démodés

Wikimedia Commons

Le portail Internet Yahoo met en vente, jusqu’au 21 novembre, plus de 500 noms de domaines achetés au fil des années. Une liste dont le roi incontesté est av.com qui vaut, d'après Yahoo, plus d’un million de dollars.

Publicité

Tous ceux qui désirent mettre la main sur des noms de domaines aussi exotiques que finalcountdown.com ou bluetheory.com vont pouvoir réaliser leur rêve numérique. Le portail américain Yahoo, propriétaire entre autres de ces adresses Internet, les a mis aux enchères jeudi 14 novembre pour une semaine.

La liste des urls ainsi disponibles à des prix variant de quelques centaines de dollars à plus d’un million de dollars comprend, actuellement, plus de 500 entrées. Ils correspondent au fond de tiroir des vieux ".com" que Yahoo a acquis au fil de son existence, notamment à l’époque de la bulle “dotcom” où avoir une adresse Internet parlante pouvait être synonyme de jackpot. A l’ère pre-Google, ne pas avoir un nom de domaine facile à mémoriser “pouvait signifier la mort d’un site”, rappelle, en effet, le site Arstechnica.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et Yahoo s’est rendu compte que détenir des url comme bibleworship.com ou fanblog.com étaient devenu économiquement beaucoup moins intéressant. Sous l’impulsion de sa PDG Marissa Meyer, le portail internet cherche à recentrer ses activités autour de quelques pôles phares (informations, mobile etc.) et espère récupérer un peu d’argent facilement, grâce à cette vente aux enchères d’adresses inexploitées.

“Nous sommes convaincus que des esprits créatifs pourront trouver des choses intéressantes à faire avec ces adresses”, explique sur le Tumblr du groupe, Kevin Kramer, le responsable juridique de Yahoo qui coordonne cette vente aux enchères. Pour certaines adresses, comme sandwich.com, l’intérêt peut sembler évident. C’est d’ailleurs ce nom de domaine qui avait reçu le plus d’offres (13), vendredi 15 novembre, sans toutefois atteindre le prix de réserve fixé à 50 000 dollars par Yahoo. Le seul nom de domaine pour lequel un éventuel acheteur a déjà proposé un prix dépassant la mise minimum prévue par le portail internet est postajob.com (“poster un emploi) dont le prix de réserve est de 500 dollars. Il y a fort à parier que la personne qui a proposé 709 dollars pour cette adresse compte en faire quelque chose qui tourne autour de la recherche d’emploi.

av.com pour audio-video ou adult-video ?

Mais pour un grand nombre d’autres urls, les potentiels acquéreurs vont devoir se creuser les méninges afin de savoir qu’en faire. À commencer par av.com. Cette adresse, qui peut paraître à priori ésotérique, est la plus chère de toutes celles mises aux enchères : pour l’acheter, il faut dépenser au moins un million de dollars. On en est encore loin : la meilleure offre culmine, pour l’heure, à 91 000 dollars. Difficile de comprendre pourquoi Yahoo exige autant d’argent pour ces deux innocentes lettres. À l’origine, av.com permettait de rediriger l’internaute vers Altavista, le roi des moteurs de recherche dans les années 90. Mais Google n’a fait qu’une bouchée de ce concurrent malheureux et la référence à Altavista ne vaut probablement pas aujourd’hui un million de dollars.

Pour comprendre le profit que Yahoo espère tirer de ce nom de domaine, il faut, probablement, davantage chercher du côté de la signification potentielle des initiales. AV peut, en effet, désigner plusieurs niches technologiques ou de divertissement plus ou moins porteuses tels que Audio-video, anti-virus ou encore adult-video. Autant de références qui peuvent, en effet, valoir davantage qu’une poignée de dollars.

Ces soldes d’hiver made in Yahoo permette également de se rendre compte que le portail s’est, très tôt, intéressé à des sites internet en arabe. Il met, en effet, en vente batoota.com qui, d’après le site "web archive" (qui recense des centaines de millions de copie de sites qui n’existe plus) correspondait en 2004 à un moteur de recherche en langue arabe au design étonnement proche de Google.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.