Accéder au contenu principal

Pervez Musharraf, l'ancien président du Pakistan, va être jugé pour trahison

AFP

L'ancien président du Pakistan, Pervez Musharraf, va être jugé pour trahison, un crime passible de la peine de mort, pour avoir décrété l’état d’urgence dans le pays en 2007. L'homme est aussi accusé du meurtre de son ancienne rivale, Benazir Bhutto.

PUBLICITÉ

Le Pakistan va juger l'ancien président Pervez Musharrav pour trahison pour avoir imposé l'état d'urgence en 2007, a annoncé dimanche 17 novembre le ministre de l'Intérieur, Chaudhry Nisar Ali Khan.

"C'est la première fois dans l'histoire du Pakistan" qu'un ancien chef des armées sera jugé pour trahison, a souligné M. Khan, lors d'une conférence de presse retransmise en direct à la télévision, ajoutant que "cette décision a été prise dans l'intérêt national".

Au Pakistan, le crime de trahison est passible de la peine de mort ou de la prison à vie.

L'ancien chef d'État est accusé du meurtre en 2007 de son ancienne rivale Benazir Bhutto, du renvoi unilatéral de juges la même année, lorsqu'il avait imposé l'état d'urgence, et de la mort un an plus tôt d'Akbar Bugti, chef rebelle de la province instable du Baloutchistan (sud-ouest du pays) tué dans une opération militaire.

Pervez Musharraf, 70 ans, avait dirigé le Pakistan à partir de 1999, lorsqu'il avait pris le pouvoir par un coup d'État, jusqu'à sa destitution en août 2008, suivie de son départ du pays. Il avait mis fin à son exil en mars 2013, mais avait été rapidement rattrapé par la justice qui l'a assigné à résidence dans sa luxueuse villa de la capitale.

Avec dépêches

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.