Accéder au contenu principal

Barrages Mondial-2014 : la France veut "mettre de la folie" face à l’Ukraine

Le joueur français Franck Ribéry
Le joueur français Franck Ribéry AFP

L’équipe de France de football, au pied du mur après sa déroute 2-0 à Kiev en barrages aller du Mondial-2014, doit créer un exploit mardi au stade de France, si elle veut valider son billet pour la Coupe du monde au Brésil.

Publicité

, envoyé spécial au stade de France

L’équipe de France de football n’a plus le choix. Elle doit se sublimer, mardi 19 novembre, au stade de France face à l'Ukraine pour accéder à la Coupe du monde 2014 au Brésil. En effet, les Bleus doivent rattraper un retard de deux buts après leur défaite 2-0, vendredi à Kiev, en barrages aller du Mondial, ce qu’aucune équipe européenne n’a jamais réussi à faire dans un barrage.

"Après une telle frustration et une telle déception, il y a eu une remise en cause", a expliqué le capitaine des Bleus, Hugo Lloris, lors d'une conférence de presse conjointe avec le sélectionneur Didier Deschamps, lundi soir. "Il y a eu des vérités de dites, des constats sur notre situation. Maintenant, il va falloir montrer que l’on est capables de jouer à notre meilleur niveau. Il va falloir mettre de la folie, se transcender tous ensemble. Mardi, ce sera une belle occasion de montrer que l’on est capable de jouer en équipe."

C’est en effet par le collectif que l’équipe de France parviendra à inverser la tendance et inscrire trois buts face à une équipe qui n’en a plus encaissé depuis huit rencontres ! Pour le gardien des Bleus, la clé sera de "jouer intelligemment."

"La qualification passe par un match qui doit être hors norme"

"On va avoir des temps forts, et c’est là qu’il va falloir être efficace. Marquer le premier but sera déjà un bon pas. La folie, on l’amènera par la créativité. On a des joueurs pour faire la différence", a-t-il souligné. "Tout le monde doit être à 200 %."

L’équation est toutefois difficile à résoudre, car apporter un grain de folie supplémentaire dans le jeu des Bleus, qui en ont cruellement manqué à l’aller, impliquera aussi de s’exposer aux contres des vifs Ukrainiens, à l’image du milieu de terrain Yarmolenko.

"Le risque il y est, mais aujourd’hui, la qualification passe par un match qui doit être hors norme", a déclaré Didier Deschamps. "Il faudra se sublimer, se surpasser mais en gardant la maîtrise. Il ne faudra pas perdre patience non plus." De la patience, pas certain que le public du stade de France en ait beaucoup mardi soir. Mais le technicien tricolore l’a rappelé, il reviendra à ses joueurs de susciter la passion et la ferveur des supporters.

"Les gens seront là, mais après, c’est par ce qu’on fera sur le terrain, la détermination, l’envie, c’est à nous de les emmener avec nous. Oui, on aura besoin d’eux", a-t-il lancé, dans un ultime appel à l’union sacrée derrière les Bleus.

"Il faudra sortir du terrain la tête haute, en ayant le sentiment d’avoir tout donné, et si on a ce sentiment alors on sera tout près d’une qualification, voire même on sera qualifiés", espère ainsi Hugo Lloris.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.