Accéder au contenu principal

Francis Collomp s'est évadé après avoir appris le meurtre des reporters de RFI

AFP

L’ex-otage Francis Collomp est revenu, au micro de RFI, sur ses 11 mois de captivité aux mains d'Ansaru, au Nigeria. À travers son récit, il explique comment l’annonce de la mort des deux envoyés spéciaux de RFI au Mali l’a poussé à tenter l’évasion.

Publicité

À chaque interview qu’il accepte de donner depuis sa libération, Francis Collomp a toujours un mot pour eux. Entre deux récits de sa captivité, l’ex-otage français qui a réussi à fausser compagnie à ses geôliers après 11 mois de détention au Nigéria, n’oublie jamais de rendre hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux envoyés spéciaux de RFI assassinés au Mali, le 2 novembre dernier.

L'interview de Francis Collomp, vendredi 22 novembre

Francis Collomp, ex-otage français
(06:15)

"Je ne suis pas du genre à chialer mais [leur mort] m’a énormément touché", précise l'ex-otage à l'antenne de RFI, vendredi 22 novembre. Cet assassinat fut aussi, paradoxalement, sa raison de vivre. "[Mes ravisseurs] sont liés à Aqmi et ils n’ont laissé aucun otage vivant… L’émotion passée, ça m’a donné le courage de penser à nouveau à m’évader", explique l'ingénieur, en essayant, comme à chaque interview, de dissimuler ses larmes. "Je dédie mon escapade, le fait que j’ai réussi à fuir, à Gigi [surnom donné à Ghislaine Dupont par ses collègues de RFI] et à Claude", ajoute-t-il, sobrement.

Sur France 2, la veille, Francis Collomp, racontait déjà, submergé par l’émotion, comment l’odieux assassinat des deux journalistes avait motivé sa décision. "Ces gens-là ont toujours tué leurs otages. Je savais que si je ne réussissais pas mon évasion j’étais mort."

Il doit sa libération à son audace, donc, mais aussi à une erreur de l’un de ses ravisseurs. "Il est venu faire ses ablutions et j’avais noté qu’il avait oublié ses clés à l’extérieur [de l'une des portes de sa cellule]. Il a commencé ses ablutions et j’ai ouvert la poignée, tout doucement." La suite va très vite. Il enferme son geôlier, part en courant et attrape une moto taxi.

"Tu es fada, tu vas te faire tuer"

Il n’a pas d’argent pour payer son chauffeur mais lui propose la petite LED batterie qu'il possède en échange de la course. Pas question, en effet, de le dédommager en lui donnant son poste radio RFI, "c’est un souvenir énorme pour moi". Sa captivité a été rythmée au son de Radio France internationale. "Grâce à votre journal, j’ai entendu que des bombes avaient explosé à Kano [au nord du Nigeria]. Ils s’étaient aperçus [que je savais] où j’étais […] J’ai tout de suite fait la liaison. Comme quoi, RFI rend bien service." Francis Collomp sera ensuite déplacé dans une autre ville, Zaria, d'où il s'échappera.

L'ancien otage raconte enfin son hostilité à l’égard de ses ravisseurs. "J’étais très virulent. Quand ils ont pris la famille Moulin Fournier et les enfants, je les ai violemment agressés". Un comportement qu’il savait dangereux. "Je me disais : ‘tu es fada, tu vas te faire tuer’". Qu’importe, l’otage résiste, s’oppose à l’idée de se convertir. Prend des coups. Mais refuse d’être encensé par les médias. "Je n’accepte en aucun cas d’être qualifié de héros, précise-t-il sur France 2. Là-bas, on n’est pas un héros, on est rien du tout, on est comme un chien qui attend sa pitance."

Reste l’humour pour tenir le coup. Et essayer de faire le deuil. "Retournerez-vous en Afrique ?", lui demande enfin le journaliste de RFI. "En Afrique oui. Au Nigeria ? Je pense que tout le monde me prendrait pour un fada. Et je pense que ma femme partirait en courant et divorcerait, alors qu’on a 35 ans de vie commune…", conclut-il, un sourire dans la voix.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.