Accéder au contenu principal
Dans la presse

Un avant et un après 22 novembre 1963

Ce vendredi, dans la revue de presse internationale, le cinquantième anniversaire de l’assassinat de JFK, les relations britanniques du tireur parisien, et le calendrier Pirelli qui fête ses 50 bougies.

Publicité

"22 novembre 1963, une date que Dallas ne surmontera jamais vraiment" : c’est le titre de ce journal local, le Dallas Morning News. Malgré tous les écrits, toutes les analyses, les habitants n’ont jamais vraiment compris pourquoi le crime avait eu lieu chez eux. La "ville de la haine", c’est comme ça qu’elle fut surnommé. Pour le journal, même si ce n’est pas entièrement vrai, il y avait tout de même de la vérité dans cette affirmation. Depuis, écrit l’éditorialiste, Dallas a changé. Et même si seulement 10% des habitants étaient là, le 22 novembre 1963, il est important pour la ville du Texas de se souvenir et de ne pas oublier que ce crime a eu lieu chez eux.

Ce crime qui a marqué un tournant pour l’Amérique, estime le Boston Globe. L’assassinat de JFK a inspiré un nombre incalculable de livres et de films, explique le quotidien. Il cite par exemple "Dans la ligne de mire", de Clint Eastwood ou encore "JFK" d’Oliver Stone. Pour la société américaine, selon le journal, il y a "un avant et un après 22 novembre 1963". L’événement a considérablement changé la perception des Américains sur les dangers. Après cette date, il y a beaucoup plus de soupçons sur les gens, la sécurité est renforcée sur toutes sortes d’événements. Et puis, le public, lui, ne croit plus nécessairement ce qu’on lui dit. Les théories de complots émergent régulièrement, selon le journal.

Le Wall Street Journal publie lui les témoignages de plusieurs personnages qui ont marqué cette journée du 22 novembre 1963 et dont la vie fut bouleversée. Et notamment celui de la petite fille d’Abraham Zapruder, l’homme qui a filmé les seules images de l’assassinat. Aujourd’hui encore, on lui demande si elle fait partie de sa famille. Ou encore celui de Buell Wesley Frazler, l’homme qui a conduit Lee Harvey Oswald devant l’immeuble d’où il allait assassiner le président. Frazler est poursuivi par le remord. Il ne pouvait pas imaginer que, dans son sac, Oswald transportait une arme démontable. Frazler, ce jour-là, se souvient avoir été arrêté et interrogé par la police, qui voulait le forcer de confesser qu’il était complice de l’assassinat.

L’assassinat de Kennedy est également en Une de la presse britannique, avec par exemple le Guardian, qui y consacre un numéro spécial et publie les articles d’époque. Notamment la Une du 23 novembre 1963, lendemain de l'assassinat, avec ce titre simple : "Le président Kennedy assassiné". La police arrête un suspect. Sur la Une, les photos de la voiture dans laquelle se trouvait le président américain. En bas à gauche, le visage de Lee Harvey Oswald, le tireur.

La presse britannique revient également sur un autre sujet : le parcours britannique du tireur parisien. C’est à lire dans le Times qui affirme qu’Abdelhakim Dekhar a vécu en Grande Bretagne pendant 13 ans. Il y a épousé une étudiante turque à Redbridge, dans le nord-est de Londres, en février 2000, deux ans après sa sortie de prison. Sa sœur, elle aussi, vit en Grande-Bretagne. Mais selon la presse britannique, elle ne lui parlerait plus depuis vingt ans. Et "c’est bien comme cela", déclare-t-elle.

Pour terminer, un sujet plus léger : le calendrier Pirelli souffle ses cinquante bougies. Le New York Times revient sur l’épopée de ce calendrier perçu à ces débuts comme sale et qui au fil des temps est devenu "The Cal", la référence absolue du genre. Chaque année, il est attendu le monde de la mode. Le cachet pour ces photos qui mettent en scène la beauté féminine et son glamour sont parmi les mieux payées au monde. Les plus grands photographes y ont participé. Et cette année, pour cette anniversaire, Pirelli ajoute des clichés inédits d’Helmut Newton.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.