Accéder au contenu principal

Le combat d'une "Juliette" saoudienne pour épouser son "Roméo" yéménite

Devant le tribunal, des manifestants brandissent des photos des amoureux
Devant le tribunal, des manifestants brandissent des photos des amoureux DR

Éperdument amoureuse d'un Yéménite, Houda, une Saoudienne de 22 ans, a bravé tous les interdits en quittant illégalement son pays et sa famille. Elle a comparu devant la justice à Sanaa pour demander le droit de rester au Yémen.

PUBLICITÉ

C'est l'histoire d'un Roméo et d'une Juliette des temps modernes. Par amour pour Arafat, son bien-aimé yéménite, Houda al-Niran, une Saoudienne de 22 ans, a décidé de fuir sa famille et son pays pour le Yémen. En situation irrégulière, la jeune femme, qui risque l'expulsion, a été arrêtée. Elle a comparu, dimanche 25 novembre, devant la justice à Sanaa pour tenter d'obtenir le droit de rester au Yémen et d'épouser l'élu de son cœur.

Devant les portes du tribunal, une foule de manifestants yéménites avaient fait le déplacement pour soutenir la jeune saoudienne. “Nous sommes ici pour défendre le cas humanitaire de Houda, qui demande refuge au Yémen pour pouvoir épouser un Yéménite. Nous pensons que c'est son droit !”, s’est écrié un des activistes. “L'amour n'a pas de frontières”, “Autorisez le mariage d'Arafat et Houda”, “Non à son expulsion”, pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.

Objectif : obtenir un statut de réfugiée

Houda, de son côté, a refusé un avocat saoudien pour être défendue par une ONG locale. “Si elle obtient le statut de réfugiée, elle passe alors sous protection internationale et peut demander l'asile. Les autorités yéménites ne pourront plus l'expulser et elle pourra vivre et se déplacer librement au Yémen”, explique Abdurrhan Baraman, son avocat. Pour que la demande puisse être examinée par le Haut commissariat aux réfugiés, l'audience a été reportée à dimanche prochain.

Reste que la présence de Houda sur le sol yéménite est de plus en plus compliquée à gérer pour les autorités, Riyad faisant actuellement pression sur Sanaa pour que la jeune femme soit renvoyée dans sa famille. Selon Human Rights Watch, ce retour pourrait mettre sa vie en danger .

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.