Accéder au contenu principal

Un célèbre producteur hollywoodien reconnaît avoir été un espion israélien

Arnon Milchan (à gauche sur la photo)
Arnon Milchan (à gauche sur la photo) AFP

Arnon Milchan, un producteur hollywoodien à qui l’on doit plusieurs films cultes comme "Fight Club" ou "Pretty Woman", a confirmé lundi, les rumeurs selon lesquelles il avait été un espion israélien.

Publicité

La double vie du producteur hollywoodien Arnon Milchan, à qui l’on doit plusieurs films cultes comme "Fight Club", "Pretty Woman" et "Heat", aurait pu, elle aussi, faire l’objet d’un film. Le magnat du cinéma, âgé de 68 ans, a en effet confirmé pour la première fois les rumeurs récurrentes, qui ont circulé pendant des années, selon lesquelles il avait été un espion israélien.

"Je l'ai fait pour mon pays et j’en suis fier", a déclaré Arnon Milchan au cours d’une interview télévisée accordée à "Uvda", un magazine d'investigation israélien, diffusé lundi 25 novembre.
 
Recruté par Shimon Peres
 
Dans une biographie non autorisée publiée en 2011, les auteurs Meir Doron et Joseph Gelman avaient révélé qu’Arnon Milchan était, jusqu'au milieu des années 1980, un agent du Lekem, une agence de renseignement israélienne top secrète spécialisée dans l'espionnage technologique. L’actuel président israélien, Shimon Peres, a reconnu dans la biographie avoir personnellement recruté Arnon Milchan.
 
Sa mission consistait notamment à créer des sociétés écrans pour le bénéfice des services de renseignement de l’État hébreu et à acheter des composants utilisés pour la construction et la maintenance de l'arsenal nucléaire officieux du pays.
 
"Quand je suis arrivé à Hollywood, je me suis complètement détaché de mes activités pour me consacrer à ma passion : le cinéma, a-t-il confié à la chaîne israélienne Channel 2, mais parfois, j’ai fait les deux''. Le producteur a également révélé, sans les citer, que d'autres grands noms d'Hollywood étaient liés à ses affaires clandestines.
 
Démasqué dès 1985 ?
 
Le nom d’Arnon Milchan a été associé une première fois à l'espionnage israélien en 1985, lorsque Richard Kelly Smyth, le président d’une société d’import-export californienne, avait été inculpé pour trafic illégal de détonateurs d'armes nucléaires. Ce dernier, qui a échappé à la justice américaine pendant 15 ans, avant d’être arrêté en 2001 et incarcéré jusqu’en 2005, avait notamment expédié les détonateurs vers Israël par l'intermédiaire de l'une des sociétés de Milchan.
 
L'agence Lekem a été dissoute en 1987, après avoir été liée au scandale d'espionnage pour laquelle l’ancien analyste de la marine américaine Jonathan Pollard, accusé d’avoir fourni à Israël des milliers de documents classés secret défense, avait été condamné à la prison à vie au cours de la même année.

 Avec dépêches (AP)

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.