Accéder au contenu principal

Kinshasa et les rebelles du M23 enterrent la hache de guerre

La signature de l'accord, jeudi, au Kenya
La signature de l'accord, jeudi, au Kenya AFP

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du M23 sont parvenus à un accord de paix, jeudi, à Nairobi selon les présidences ougandaise et kenyane. Les rebelles avaient déjà déposé les armes début novembre.

Publicité

Fin des hostilités entre Kinhsasa et le M23. Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et le mouvement rebelle ont signé un accord de paix à Nairobi, a annoncé jeudi 12 novembre la présidence kenyane via le compte Twitter de son porte-parole, Manoah Esipisu.

L'information a été confirmée par le président ougandais Yoweri Musevini. "Aujourd'hui, le gouvernement de RDC et le M23 ont respectivement signé des déclarations" en vue "de mettre fin aux activités armées du M23" et "sur les mesures nécessaires pour parvenir à une stabilité durable" et à "la réconciliation", a ainsi déclaré le chef d'État dans un communiqué.

Actifs dans l'est de la RD Congo, les rebelles du M23, ont déposé les armes début novembre face aux succès de l'armée gouvernementale congolaise, appuyée par une brigade d'intervention de l'Onu. Un accord devait ensuite être conclu, mais sa signature, prévue le 11 novembre, avait été reportée au dernier moment.

Pas d'amnistie générale

Le porte-parole du gouvernement de RDC, Lambert Mende, a précisé que trois documents avaient été signés jeudi à la State House, résidence officielle du président kenyan à Nairobi. Ils réaffirment la dissolution du M23 en tant que groupe armé et précisent les modalités de la démobilisation ainsi que la renonciation de ses membres à la violence pour faire valoir leurs droits.

"Le document est très clair : il n'y a pas d'amnistie générale. Ceux qui sont présumés s'être comportés de façon criminelle sur le plan du droit international, avoir commis des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité, ne seront pas réinsérés dans la société", a déclaré Lambert Mende.

Le M23 tient son nom de l'accord du 23 mars 2009 qui a mis fin à une insurrection au Nord-Kivu et prévoyait l'intégration des rebelles au sein des forces gouvernementales. Considérant que cet accord n'avait pas été respecté par le gouvernement de Kinshasa, certains militaires se sont mutinés en avril 2012.

Avec dépêches (AFP et Reuters)

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.