Accéder au contenu principal

Ligue des champions : zéro pointé pour l'OM

AFP

Après sa défaite à Dortmund (2-1) lors de la dernière journée de Ligue des champions, l'Olympique de Marseille est devenu la première équipe française à terminer une phase de poules sans gagner le moindre point.

Publicité

L’Olympique de Marseille entre dans les annales de la Ligue des champions de la pire des manières. Battu par les Allemands de Dortmund (2-1) lors de la 6e et dernière journée de la phase de poules, l’équipe phocéenne est le premier club français à avoir fini avec un zéro pointé au compteur.

Dominé d’entrée à domicile par Arsenal (2-1) lors du premier match, l’OM a ensuite enchaîné cinq autres défaites dans ce groupe F, où se trouvaient également les Italiens de Naples.

Pour l’ultime rencontre de la phase de poules, les Marseillais ont cru pendant quelques minutes tenir leur premier point. Alors que Dortmund avait ouvert la marque dès la 4e minute grâce à Robert Lewandowski, l’OM a réussi à revenir au score très rapidement, par une reprise de la tête de Souleymane Diawara (14e).

Réduits à dix pendant une heure après l'expulsion de Dimitri Payet, les hommes de José Anigo ont vaillamment résisté, mais ont fini par céder face à Kevin Grosskreutz (87e). Grâce à cette victoire, Dortmund a réussi à obtenir son billet pour les huitièmes de finale de la compétition, de même qu’Arsenal, malgré sa défaite sur la pelouse de Naples (2-0).

Déjà condamné à la dernière place, l’OM échoue à douze longueurs de ses trois rivaux. Malgré cette contre-performance, les joueurs veulent aller de l’avant. "Il y a de la frustration mais il faut retenir les choses positives. On a été combatif même si on raté notre compétition. Mais il faut aller à Lyon dimanche (en championnat, ndlr) avec beaucoup de détermination. On était contre le finaliste de la dernière Ligue des champions, contre Arsenal, qui sort systématiquement des poules et contre Naples, c’était un groupe au-dessus", a ainsi expliqué le défenseur Souleymane Diawara.

Le coach marseillais José Anigo, qui effectuait son premier match à la tête de l’équipe après le départ d’Elie Baup, s’est également justifié en évoquant une poule très difficile : "Au tirage, on n’a pas eu de chance en tombant dans ce groupe. On a eu de la malchance dans certains matches, appelons cela de la malchance ou de l’inexpérience. L’objectif est toujours de revenir dans cette compétition". L'Olympique de Marseille reste le premier et le seul vainqueur français de l’épreuve, en 1993.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.