Accéder au contenu principal

Exclusif : le chef rebelle Riek Machar appelle au renversement du président

Riek Machar
Riek Machar AFP

Riek Machar, l’ancien vice-président du Soudan du Sud devenu figure de la rébellion, a appelé jeudi au départ du président Salva Kiir, sur l’antenne de RFI. Selon lui, le chef d’État sera chassé par ses propres forces.

PUBLICITÉ

Sur l’antenne de RFI, l'ancien vice-président du Soudan du Sud, Riek Machar, a exhorté, jeudi 19 décembre, le président Salva Kiir à quitter le pouvoir. "Nous voulons qu’il parte, c’est tout. Il a échoué à maintenir l’unité du peuple sud-soudanais acquise après une longue et difficile lutte", a lancé celui qui a été écarté de la vice-présidence durant l’été 2013 par Salva Kiir lui-même.

"S’il veut négocier la condition de son départ du pouvoir, nous sommes d’accord mais il doit partir […] Il fait tuer les gens comme des mouches et essaie d’allumer une guerre ethnique." D’après Human Rights Watch (HRW), les forces qui s'affrontent au Soudan du Sud se livrent en effet à des exécutions sur des bases ethniques.

"Les propres forces de Salva Kiir le renverseront"

"Je n’aurai même pas besoin de combattre Salva Kiir, ce sont ses propres forces, qu’il a irritées par son comportement, qui le renverseront", poursuit Riek Machar, en fuite selon les autorités de Juba. "J’appelle les SPLM et le SPLA [forces populaires de libération du Soudan, NDLR] à le renverser de son poste à la tête du pays."

Depuis dimanche, des combats ont éclaté à Juba, la capitale, entre les soldats de la garde présidentielle favorables à Salva Kirr et les éléments de Riek Machar, faisant environ 500 personnes, selon l’ONU. Les affrontements se sont propagés au moins à la ville de Bor, à 200 km au nord de la capitale.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.