Accéder au contenu principal
SOUDAN DU SUD

Exclusif : le chef rebelle Riek Machar appelle au renversement du président

Riek Machar
Riek Machar AFP
|
Vidéo par : Armelle CHARRIER
2 mn

Riek Machar, l’ancien vice-président du Soudan du Sud devenu figure de la rébellion, a appelé jeudi au départ du président Salva Kiir, sur l’antenne de RFI. Selon lui, le chef d’État sera chassé par ses propres forces.

Publicité

Sur l’antenne de RFI, l'ancien vice-président du Soudan du Sud, Riek Machar, a exhorté, jeudi 19 décembre, le président Salva Kiir à quitter le pouvoir. "Nous voulons qu’il parte, c’est tout. Il a échoué à maintenir l’unité du peuple sud-soudanais acquise après une longue et difficile lutte", a lancé celui qui a été écarté de la vice-présidence durant l’été 2013 par Salva Kiir lui-même.

"S’il veut négocier la condition de son départ du pouvoir, nous sommes d’accord mais il doit partir […] Il fait tuer les gens comme des mouches et essaie d’allumer une guerre ethnique." D’après Human Rights Watch (HRW), les forces qui s'affrontent au Soudan du Sud se livrent en effet à des exécutions sur des bases ethniques.

"Les propres forces de Salva Kiir le renverseront"

"Je n’aurai même pas besoin de combattre Salva Kiir, ce sont ses propres forces, qu’il a irritées par son comportement, qui le renverseront", poursuit Riek Machar, en fuite selon les autorités de Juba. "J’appelle les SPLM et le SPLA [forces populaires de libération du Soudan, NDLR] à le renverser de son poste à la tête du pays."

Depuis dimanche, des combats ont éclaté à Juba, la capitale, entre les soldats de la garde présidentielle favorables à Salva Kirr et les éléments de Riek Machar, faisant environ 500 personnes, selon l’ONU. Les affrontements se sont propagés au moins à la ville de Bor, à 200 km au nord de la capitale.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.