NSA

Edward Snowden : "J'ai déjà gagné, ma mission est accomplie"

AFP/Archives
3 mn

Pour la première fois depuis son arrivée en Russie en juin, Edward Snowden a accordé une interview. L'ex-consultant des services de renseignement américains explique qu'il ne voulait pas descendre la NSA, il voulait "l'améliorer".

Publicité

Dans sa première interview depuis son arrivée en juin en Russie, où il a trouvé asile, Edward Snowden a déclaré sa "mission déjà accomplie". Six mois après avoir révélé au grand public l'étendue des programmes de surveillance de l'Agence américaine de sécurité (NSA) forçant Washington à revoir sa politique sécuritaire, il s’est exprimé dans le cadre d’un entretien en tête-à-tête à Moscou avec un journaliste du "Washington Post".

"J'ai déjà gagné", a affirmé l'ancien employé de la NSA qui est poursuivi pour espionnage et vol de documents gouvernementaux. Le jeune homme de 30 ans a précisé ne pas avoir été déloyal. "Je n'essaie pas de descendre la NSA, je travaille à améliorer la NSA, a-t-il expliqué. Je travaille toujours pour la NSA, en ce moment même, mais ce sont les seuls à ne pas le comprendre."
 
Le président Barack Obama, qui doit prononcer un discours sur le sujet en janvier, a qualifié le 20 décembre de "nécessaire et important" un débat sur le rôle de la NSA, dont il envisage de modifier les vastes capacités d'espionnage.  
 
1,7 million de documents dérobés
 
La collecte des informations par la NSA a augmenté de manière spectaculaire depuis les attaques du 11 septembre 2001 à New York. Comme en écho aux vives critiques sur les atteintes à la vie privée survenues aux États-Unis, un juge fédéral américain a notamment estimé que les écoutes de routine des téléphones des citoyens américains par la NSA étaient probablement inconstitutionnelle.
 
Un panel de juristes et de spécialistes du renseignement constitué par la Maison Blanche a d'ailleurs recommandé de réduire les pouvoirs de l'agence et proposé des changements sur 46 points, estimant qu'elle était allée trop loin dans sa politique de surveillance, au nom de la lutte contre le terrorisme.
 
Edward Snowden, qui travaille depuis novembre pour le site VKontakte, un réseau social décrit comme le "Facebook russe", aurait dérobé environ 1,7 million de documents. Dévoilées par à-coups, ses révélations ont mis au jour l'ampleur de Prism, programme secret de surveillance américain visant des millions de communications électroniques dans le monde, visant en particulier des pays alliés des Etats-Unis et leurs dirigeants, ont provoqué des remous diplomatiques à répétition depuis l'été.
 
Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine