Accéder au contenu principal

Soudan du Sud : Riek Machar prêt à négocier avec le président Salva Kiir

AFP/Riek Machar

L’ancien vice-président Riek Machar est disposé à entamer des pourparlers avec le président Salva Kiir, tout en continuant à réclamer le départ de ce dernier. De son côté, l'ONU annonce avoir découvert un charnier dans le nord du pays, à Bentiu.

PUBLICITÉ

"Oui, nous sommes prêts à tenir des discussions", a affirmé l’ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, mardi 24 décembre lors d’un entretien exclusif accordé à RFI. L’homme politique - entré en dissidence après avoir été limogé en juillet - a affirmé avoir parlé avec le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre des Affaires étrangères éthiopien "pour [leur] indiquer [qu’il était] prêt à ces négociations." Pour cela, Riek Machar prévoit de "former une délégation de très haut niveau" à qui il donnera "tout pouvoir". L’opposant espère également que les discussions pourront avoir lieu "dans un endroit neutre […] comme en Éthiopie".

L'interview de Riek Machar sur RFI
L'interview de Riek Machar sur RFI Cliquez sur l'image pour écouter

L’ancien vice-président continue toutefois de réclamer le départ de Salva Kiir. Une condition qui risque de faire achopper rapidement d’éventuels pourparlers. "Nous voulons que Salva Kiir quitte le pouvoir, nous voulons une nation démocratique, nous voulons des élections libres et équitables", a-t-il déclaré sur l’antenne de RFI.

Charnier à Bentiu

Le Soudan du Sud est en proie à d'intenses combats depuis que le président Salva Kiir a accusé, la semaine dernière, son ancien vice-président, limogé en juillet, de tentative de coup d'État. Riek Machar dément et accuse Salva Kiir de vouloir éliminer ses rivaux.

Sur le terrain, la situation continue de s'aggraver. Un charnier a été découvert à Bentiu, capitale de l'État pétrolier d'Unité (Nord), a indiqué mardi 24 décembre Navi Pillay, haut-commissaire de l'ONU en charge des droits de l'Homme. "Il y en aurait deux autres à Juba", a-t-elle également indiqué via un communiqué.

Malgré les appels de la communauté internationale à une trêve, les combats entre les forces gouvernementales et les rebelles fidèles à Riek Machar se poursuivent. L'armée gouvernementale a repris mardi la ville de Boraux rebelles, dans l'État de Jonglei, à 200 km au nord de Juba, a annoncé le ministre de l'Information, Michael Makwei.

Selon l’ONU, plusieurs milliers de morts ont déjà été recensés et près de 50 000 civils sud-soudanais se sont réfugiés dans les bases onusiennes pour fuir les combats.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.