Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Liberté de conscience en Tunisie"

France 24

Presse internationale, mercredi 8 janvier. Au menu de la revue de presse internationale, l’inculpation de pompiers new-yorkais pour fraude à la sécurité sociale ; les mémoires de Robert Gates ; la liberté de conscience en Tunisie ; et un entretien avec Laurent Fabius.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec ce scandale aux Etats-Unis,  où quelque 80 anciens policiers et pompiers new-yorkais ont été inculpés, hier, pour une vaste fraude à la pension d'invalidité, après les attentas du 11-Septembre.
 
Ils ont "déshonoré les équipes de secours": le procureur de Manhattan Cyrus Vance a eu des mots très durs, hier, pour dénoncer les auteurs de ce qui s’apparente à une escroquerie à la sécurité sociale. Après les attaques, raconte The New York Times, beaucoup des accusés avaient déclaré être incapables de travailler, évoquant des troubles psychiques, dépression et stress post-traumatique, pour toucher une pension d'invalidité à laquelle ils n'avaient pas droit. Ils avaient affirmé sortir peu de chez eux, ne pas voyager et n'avoir pratiquement pas d'interactions sociales - hélas pour eux, le procureur a mis la main sur des photos où on les voit tantôt piloter un hélicoptère, tantôt pêcher l'espadon, tantôt jouer au black jack à Las Vegas. Des photos dévoilées au public lors d’une conférence de presse : avant la condamnation, donc, l’humiliation.
 
Les Etats-Unis, où la publication des mémoires de l'ancien secrétaire américain à la Défense Robert Gates suscite la polémique. L’ancien chef du Pentagone, de 2006 à 2011, se montre particulièrement critique au sujet de la stratégie afghane de l'administration Obama, décrivant notamment une réunion de mars 2011 au cours de laquelle le président américain semble ne plus croire dans la stratégie qu'il a mise lui-même en œuvre lui-même 18 mois plus tôt, en envoyant 30 000 hommes supplémentaires en Afghanistan. Barack Obama, rappelle The Washington Post, qui n’est pas le seul à faire les frais du fiel de Robert Gates, qui étrille également l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton, accusée, avec Barack Obama, de s’être opposée en 2007 à la décision de George W. Bush d’envoyer des renforts en Irak pour des raisons purement électoralistes, l’imminence des primaires démocrates. Des révélations qui pourraient faire pas mal de tort à Hillary Clinton si elle décidait de se présenter à la présidentielle de 2016, estime The Washington Post, qui explique qu’elles contribuent à l’image d’une Clinton "hantée" par la politique politicienne, qui ne ferait jamais rien sans arrière-pensée politique.
 
Arrière-pensées, des islamistes tunisiens, également, qui s’apprêtent à accepter une constitution qui renonce à charia, la loi islamique. D’après le journal le Monde, le texte qui est actuellement discuté à l’assemblée tunisienne, contiendrait des "dispositions progressistes inédites dans le monde arabe", au premier rang desquelles il y a la liberté de conscience, qui sera inscrite dans la future Constitution tunisienne. D’après le Monde la tragédie syrienne et plus encore l'évolution de la situation en Egypte, où les Frères musulmans ont été chassés du pouvoir par l’armée, auraient beaucoup pesé.
 
On termine avec un entretien accordé par Laurent Fabius au Parisien. Le ministre des Affaires étrangères assure que la France n’enverra pas de renforts militaires en Centrafrique, malgré une situation qui reste, on le sait, tendue, voire chaotique.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.