Accéder au contenu principal

Le Conseil d'État valide l'interdiction du spectacle de Dieudonné àTours

AFP | Le Zénith de Nantes sous haute surveillance le 9 janvier

Saisi par Dieudonné, le Conseil d'Etat a validé l'interdiction du spectacle controversé, "Le Mur", initialement programmé à Tours vendredi. La juridiction avait rendu le même verdict la veille, empêchant le polémiste de se produire à Nantes.

PUBLICITÉ

Après s’être vu fermer les portes du Zénith de Nantes jeudi, c’est à Tours que Dieudonné ne se produira pas vendredi 10 janvier. Le Conseil d'État n’a pas tranché en faveur de l'humoriste controversé et a validé, en fin d’après-midi, de maintenir l'interdiction de son spectacle, "Le Mur".

C’est Dieudonné lui-même qui avait déposé un référé auprès de la plus haute juridiction de l’État, après la décision du tribunal administratif d’Orléans de maintenir l’interdiction de son spectacle, demandée par le maire de Tours.

La veille, le tribunal administratif de Nantes a suspendu l’arrêté d’interdiction du spectacle de Dieudonné prévu au Zénith de Saint-Herblain, estimant que "le risque de troubles publics causés par cette manifestation […] ne pouvait fonder une mesure aussi radicale" et que ce spectacle "ne peut être regardé comme ayant pour objet essentiel de porter atteinte à la dignité humaine".

Mais deux heures à peine avant le début de la représentation, le Conseil d'État, saisi par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a finalement donné raison au gouvernement en interdisant le polémiste de se produire sur scène. Un scénario qui pourrait fort se répéter vendredi à Tours.

Colère des fans de Dieudonné

À Nantes, l’annulation du spectacle a fait craindre des débordements aux abords du Zénith de la ville, où les forces de l’ordre étaient mobilisées depuis la fin de l’après-midi. Dieudonné a demandé à ses fans de partir dans le calme mais une partie des 6 000 personnes présentes pour assister au spectacle a refusé de quitter les lieux.

"Valls démission!" ou "liberté d’expression !" ont crié les fans déçus, après avoir sifflé la décision du Conseil d’État. D’après Julien Muntzer, envoyé spécial de FRANCE 24 devant le Zénith de Nantes, la foule a entamé plusieurs fois la Marseillaise en faisant le geste polémique de la "quenelle".

Sur sa page Facebook, Dieudonné a demandé à ses fans de rentrer chez eux, annonçant qu'il mettrait en ligne une vidéo le 10 janvier sur sa chaîne Youtube. "Ils cherchent l'affrontement physique donc rentrez chez vous en chantant la Marseillaise", prescrit-il en lettres capitales sur le réseau social.

Les spectateurs, qui, selon les journalistes sur place, ont attendu la sortie de Dieudonné, ont commencé à se disperser vers 20h30, heure à laquelle le spectacle aurait dû commencer.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.