Accéder au contenu principal

Les pères incités à prendre leur congé parental

adot77.fr

La réforme du congé parental, l'une des mesures phares du projet de loi pour l'égalité femmes-hommes, a été adoptée à l'Assemblée nationale. L'objectif est d'inciter 25 % des pères à prendre une partie du congé parental d'ici à 2017.

Publicité

L'idée avancée par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem est d'"introduire une impulsion" et de "changer les regards" sur le congé parental. Après l'adoption de la réforme du congé parental par les députés lundi 20 janvier, le gouvernement entend encourager 100 000 pères à le prendre d'ici les trois prochaines années, contre 18 000 aujourd'hui.

Les parents d'un seul enfant, qui ont aujourd'hui droit à six mois de congé, pourront renouveler cette période à condition que ce soit le second parent qui en soit bénéficiaire.
Dans les familles de deux enfants, la durée du congé restera de trois ans, à condition que six mois soient pris par le second parent, sinon elle sera raccourcie à deux ans et demi.

Les entreprises sanctionnées

Les entreprises ne respectant pas les dispositions sur l'égalité professionnelle ne pourront pas déposer de candidature lors d'appels d'offre des marchés publics, en vertu d'un autre article adopté. Et ce, malgré l'opposition de l'UMP qui a dénoncé "une double peine", avec les sanctions financières existant déjà pour les entreprises contrevenantes.

Si cette mesure phare du projet de loi sur l'égalité femmes-hommes a déjà été adoptée au Sénat en septembre dernier, cela n'a pas empêché les débats d'être tendus dans l'hémicycle. Les trentenaires défendant le projet de loi se sont opposés aux députées de l'opposition faisant valoir leur expérience sur l'égalité. 

Des députés UMP ont demandé sans succès la suppression de l'article en question, estimant que la "liberté du couple" était remise en cause par cette "intrusion de l'État". Mais le groupe UMP s'est dit globalement favorable à ce partage du congé parental, malgré des "interrogations" sur la possible réduction de sa durée par décret.

Les débats se sont arrêtés dans la nuit au seuil de l'article 5 du projet de loi sur l'égalité femmes-hommes, où figurent les dispositions sur l'IVG. Celles-ci devraient être débattues tard mardi soir ou mercredi soir. Avec encore plus d'animosité. 

(Avec AFP)

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.