Accéder au contenu principal

Garde à vue des deux mineurs toulousains candidats au djihad

AFP

Les deux jeunes toulousains récupérés en Turquie, après avoir quitté l'école pour tenter d'aller en Syrie, ont été placés mercredi en garde à vue. Les enquêteurs souhaitent comprendre les raisons qui les ont poussés à vouloir faire le djihad.

PUBLICITÉ

Les deux mineurs partis faire le djihad en Syrie et arrêtés en Turquie dimanche et lundi, ont été placés mercredi 29 janvier en garde à vue pour s'expliquer sur leur périple.

Les deux adolescents, âgés de 15 et 16 ans, sont interrogés à l'antenne toulousaine de la Direction centrale du renseignement intérieur, où ils se sont rendus sur convocation, affirme-t-on de sources judiciaires. Les gardes à vue des deux lycéens ne pourront excéder deux jours.

Un "troisième homme"

Au cours de leur garde à vue, les policiers vont tenter de comprendre comment les deux lycéens en sont venus à vouloir se porter "candidats au djihad" et d'identifier une éventuelle filière.

Les enquêteurs vont également essayer de déterminer qui est le supposé "troisième homme" par l'intermédiaire duquel les adolescents devaient a priori intégrer un camp d'entraînement. Ils vont enfin tenter de comprendre leur processus d'autoradicalisation, notamment en enquêtant sur les sites internet qu'ils ont consultés.

L'adolescent de 15 ans est rentré lundi avec son père qui était allé le chercher. L'autre était arrivé la veille. Tous deux étaient élèves en seconde générale au lycée des Arènes de Toulouse.

Leur équipée a suscité un émoi national, le président François Hollande affirmant la nécessité de "protéger nos jeunes de France". Une douzaine de mineurs, dont les deux Toulousains, ont été identifiés parmi les quelque 6 à 700 personnes parties de France, présentes en Syrie, envisageant de s'y rendre ou étant revenues.

François Hollande, en visite en Turquie, et son homologue turc, Abdullah Gül, ont dit lundi coopérer pour lutter contre les filières de recrutement de candidats au djihad, qui transitent souvent par la Turquie.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.