Accéder au contenu principal

ONU : démission du président de la commission d'enquête sur le conflit à Gaza

Des soldats israéliens à la frontière avec Gaza, le 21 août 2014.
Des soldats israéliens à la frontière avec Gaza, le 21 août 2014. David Buimovitch, AFP

Accusé de partialité par Israël, le Canadien William Schabas a mis fin à ses fonctions à la tête de la commission onusienne chargée d'enquêter sur d'éventuels crimes de guerre durant l'offensive israélienne "Bordure protectrice", l'été dernier.

Publicité

Le chef de la commission de trois experts chargée par le Conseil des droits de l'Homme (CDH) de l'ONU d’enquêter sur de possibles crimes de guerre durant l'offensive israélienne contre Gaza, l'été dernier, a démissionné, a indiqué un porte-parole du Conseil, mardi 3 février.

Le Canadien William Schabas avait été mis en cause par Israël pour "conflit d’intérêt", car il avait travaillé comme consultant en 2012 pour l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Il avait alors rédigé une note juridique pour laquelle il avait été payé 1 300 dollars.

>> À voir sur France 24 : "Gaza entre ruines de guerre et illusions de victoire"

Ce professeur de droit international avait été nommé en août 2014 à la tête de l'équipe d'experts internationaux chargée d'enquêter sur d'éventuels crimes de guerre et violations des droits de l'Homme durant l'offensive israélienne "Bordure protectrice".

"Tribunal fantoche"

Dans une lettre au CDH, dont Reuters a pu consulter une copie, William Schabas annonce sa démission immédiate pour ne pas gêner la rédaction du rapport d'enquête, qui doit être publié en mars.

>> À lire sur France 24 : "Gaza : Tsahal ouvre une enquête sur de 'possibles bavures'"

Lors de la création de la commission d'enquête, Israël avait dénoncé "un tribunal fantoche". "Cela fait des années que le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU s'est transformé en un 'Conseil des droits des terroristes', dont les pseudo-investigations sont déterminées par avance", avait dit Yigal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Avec AFP et Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.