Accéder au contenu principal

Une photo de migrants au clair de lune primée au World Press 2014

Capture d'écran du site World Press Photo 2014

Le World Press Photo qui décerne tous les ans les meilleurs clichés de photojournalisme a été attribué à l'Américain John Stanmeyer. Sa photographie montre des migrants africains tentant de capter du réseau téléphonique sous un clair de lune.

Publicité

Un clair de lune, des migrants africains tentant de capter une dernière fois du réseau, téléphones tendus vers le ciel, l’espoir d’"une vie meilleure". Avec son émouvante photographie, l'Américain John Stanmeyer a remporté vendredi 14 février le premier prix du World Press Photo, le plus prestigieux concours de photojournalisme.

Le cliché a été pris en février 2013 sur une plage de Djibouti, lieu de transit des migrants en provenance de la Somalie, de l'Éthiopie ou de l'Érythrée.

Au-delà de l’aspect esthétique, la photo de John Stanmeyer "est connectée à tant d'autres sujets : elle ouvre la discussion au sujet des technologies, de la mondialisation, des migrations, de la pauvreté, de l'aliénation, d'humanité", a déclaré un membre du jury, Jillian Edelstein.

Photographie de John Stanmeyer  récompensée par le World Press Photo
AFP / John Stanmeyer - VII Photo Agency

"Elle est digne"

Un autre membre du jury, présidé par Gary Knight, de l'agence photo VII, assure que cette photo donne une image différente des migrants : "tellement de photos des migrants les montrent débraillés et pathétiques, mais cette photo n'est pas tant romantique qu'elle est digne", a souligné pour sa part Susan Linfield.

Pour le lauréat, "il s'agit juste de personnes qui essaient d'appeler ceux qu'ils aiment, cela pourrait être vous, cela pourrait être moi, cela pourrait être n'importe qui". Honoré par la récompense, le photographe tient à rappeler la portée universelle de son cliché. "Cette photo est poétique, elle entre en résonance avec nous tous".

L'image de John Stanmeyer, qui travaille pour l'agence photo VII, a été prise pour le National Geographic. Les injustices sociales, la pauvreté et les droits humains, sont autant de sources d’inspiration pour cet Américain, originaire de l’Illinois. Il a, en outre, longtemps travaillé en Asie pendant de nombreuses années, couvrant notamment les ravages provoqués par le tsunami.

5 754 clichés en compétition

D’autres grands photographes ont été récompensés par le célèbre concours de photojournalisme. En tout, près de 100 000 images ont été soumises au jury par 5 754 photographes de 132 pays. Le jury a choisi de récompenser 53 photographes de 25 nationalités dans neuf catégories.

Parmi eux, deux photographes travaillant pour l'Agence France-Presse ont obtenu des premières places dans deux catégories de "photo uniques" : Phillipe Lopez dans la catégorie "Actualités chaudes" et Jeff Pachoud dans "Magazines sportifs".

Photographie de Phillipe Lopez récompensée par le World Press Photo
AFP/ Phillipe Lopez

Une "image d’espoir"

Prise aux Philippines après le passage du typhon Haiyan, la photographie de Phillipe Lopez montre une procession religieuse de femmes sur fond de paysage dévasté après le passage de ce typhon, qui a fait plus de 8 000 morts.

"Cette photographie résume la ferveur d'un peuple qui continue à avancer malgré l'ampleur de ce désastre", a déclaré à l'AFP Phillipe Lopez, actuellement au bureau de Hong Kong. "Je suis heureux que le jury ait retenu une image d'espoir", a-t-il souligné.

Jeff Pachoud, du bureau de Lyon (est de la France), a, lui, été distingué pour une image prise lors d'une course de chiens de traîneau. Photographiée depuis un hélicoptère, l'image montre des concurrents au milieu d'un paysage immaculé. "Je me souviens de ce moment particulier où les meilleures conditions de prises de vues ont été réunies pour restituer ce décor surréaliste", explique le photographe.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.