Accéder au contenu principal
HISTOIRE

Himmler raconté par l'intime : sur les juifs, RAS

Texte par : Ondine DEBRE
6 mn

La petite-nièce d'Heinrich Himmler, un des plus hauts dignitaires du régime nazi, cosigne un ouvrage qui permet de dresser le portrait intime d'un des pires meurtriers du siècle dernier. Il s'appuie sur les lettres qu'il a échangées avec sa femme.

Publicité

Lorsqu’on demande à la petite nièce d’Heinrich Himmler, le Reichsführer SS et l’homme le plus important du IIIème Reich après Hitler, pourquoi elle n’a pas changé de nom, Katrin Himmler répond très simplement : "Ce n’est pas en changeant de nom que l’on change d’histoire". A quoi bon lutter contre cet héritage familial omniprésent en voulant le cacher ? Autant garder ce patronyme malheureux, l’un des plus repandu en Allemagne.

C'est à l'âge de 11 ans que Katrin a découvert, grâce la série américaine "Holocauste", le personnage de son grand oncle. Le choc est immense et sa réponse à cette violence est inattendue : elle se fait fort de lire tout ce qui existe sur les persécutions nazies, devient une spécialiste du sujet et milite contre le racisme. Et elle vient de publier, avec l’historien allemand Michael Wildt, un livre qui s'appuie sur les lettres envoyées par le chef de la SS et de la Gestapo à son épouse Marga entre 1927 et 1945. Des échanges qui, s’ils ne révèlent rien de déterminant sur un plan historique, permettent néanmoins d’approcher le chef des SS, au plus prêt de sa glaçante désinvolture. "Himmler n’avait pas de cas de conscience", affirme Katrin Himmler.

L’histoire de ces lettres, que l’on cru perdues pendant de longues années, est stupéfiante. A la fin de la guerre, en 1945, deux GI américains fouillèrent la maison de la famille Himmler en Bavière et emportèrent plusieurs effets personnels. Les lettres manuscrites d’Himmler - butin de l’un des deux soldats - s'est retrouvé voilà dix ans entre les mains d’un diamantaire d'Anvers. La fille de celui-ci, la réalisatrice israélienne Vanessa Lapa, petite-fille de déportés, décida d’en tirer un documentaire sur Himmler, "Der Anständige", sorti en février à Berlin. Et Vanessa Lapa a également pris contact avec Katrin Himmler, qui avait déjà écrit en 2007 le livre  "Les frères Himmler, une histoire familiale allemande".

Douceurs et surnoms

Le dernier livre de la politologue allemande raconte, au fil des quelque 350 pages et presque autant de lettres, dix-huit ans dans l’histoire d’un couple au cœur d'un des régimes les plus monstrueux de l'Histoire. Pourtant, pas une fois Heinrich Himmler ne mentionne les assassinats de masse dont il est à l’origine. Pas une fois le chef de la SS ne fait allusion à la mise en place de la solution finale. Pas une fois, celui qui déjeunait avec Hitler tous les deux jours, n’expose les ressorts de ses folles convictions. Mais ce que taisent ces lettres, le travail de mise en perspective historique des deux auteurs le décrypte remarquablement.

Les faits les plus anodins sont confrontés à la réalité historique. Himmler, de retour des pays baltes où il vient d’ordonner le massacre de près de 70 000 juifs à la fin de l’année 1941, se rend à Kiev, afin de mettre en place l’extermination des juifs et des malades mentaux en Ukraine. Le 28 septembre 1941, il écrit à Marga et glisse la lettre dans un colis remplis de douceurs : "le bouquet n’est pas à mettre en vase. C’est une herbe, de la 'porsh', je l’ai coupée moi-même en Lettonie."

A la niaiserie des surnoms qu’ils se donnent est effarante : "bon petit papa, méchant petit papa, ma poupette, ma bonne petite femme,...". succèdent les peu ragoutantes descriptions de leurs problèmes de peau et d’estomac. Mais comme le souligne Katrin Himmler, "beaucoup d’éléments ne sont pas anecdotiques. Par exemple, on apprend qu’il était dans les années 20, beaucoup plus proche d’Hitler qu’on ne le croyait. La longue période sur laquelle s’inscrit cette correspondance démontre très nettement qu’Himmler avait déjà très tôt arrêté sa vision du monde".

Une haine commune des juifs

L’un des plus hauts dignitaires nazi n'était-il qu’un bon petit soldat consciencieux, méticuleux à l’extrême ? C’est ce que croit Michael Wildt, pour qui cette correspondance révèle des éléments fondamentaux de la psychologie de leur effroyable auteur. L'historien estime que si Himmler ne parle pas de son "travail" à sa femme, c’est parce qu’il n’en a pas besoin. Il ne cherche auprès d’elle aucune justification. Ce qu’il fait, il le fait bien, avec une mentalité de fonctionnaire satisfait. Marga et lui partagent la même haine des juifs, la même méfiance à l’égard de l’être humain et la même foi en la grande nation allemande.

Himmler fondera discrètement mais pas secrètement une deuxième famille avec une jeune femme, Hedwig Potthast, avec qui il aura un premier enfant, Helge, né le 15 février 1942. Celui que sa jeune compagne appelait "König Heinrich" (le roi Heinrich), appliqua à la lettre ce qu’il prônait pour sa SS : le concept de la double famille comme mesure de protection de la race allemande. Marga accepta ce "mariage de paix" pour "le bien de l’Allemagne". Lorsqu’une journaliste américaine apprendra le 13 juillet 1945 à Marga Himmler, emprisonnée à Rome, le suicide de son mari, celle-ci ne montra aucune émotion. Elle ne s’étonna pas non plus de savoir que certains l’aient haï. "Il était policier, personne n’aime les policiers."

"Heinrich Himmler d'après sa correspondance avec sa femme 1927-1945"

Plon, 2014, 350 pages

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.