Accéder au contenu principal

Affaire Karachi : Ziad Takieddine remis en liberté

AFP | Ziad Takieddine, le 12 avril 2013

Le parquet de Paris a ordonné jeudi la remise en liberté de Ziad Takieddine. Mis en examen dans l'affaire Karachi, l'homme d'affaire franco-libanais avait été arrêté fin décembre à Londres pour non-respect de son contrôle judiciaire.

PUBLICITÉ

En détention provisoire depuis le 31 décembre, l'homme d'affaire Ziad Takieddine, mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi, va sortir de prison. La cour d’appel de Paris a ordonné, jeudi 27 février, sa remise en liberté. L'homme de 63 ans avait été interpellé le 30 décembre à la gare de Saint-Pancras, à Londres, alors qu'il était soumis à une interdiction de quitter le territoire français.

Privé de passeport

"On ne lui reprochait pas d'avoir voulu fuir la France, mais d'être allé à Beyrouth et non au Sénégal [la justice française l’avait auparavant autorisé à s'y rendre quinze jours pour des motifs professionnels, NDLR]", a indiqué un de ses avocats, Dominique Penin. Ziad Takieddine avait fait appel le 14 février d'une demande de remise en liberté refusée par les juges instruisant le volet financier de l'affaire Karachi, selon une source proche du dossier.

Une fois libre, Takieddine va demeurer soumis à un contrôle judiciaire strict qui lui interdit de quitter le territoire. Il doit par ailleurs se présenter régulièrement aux services de police et a reçu l'obligation de restituer ses passeports.

Jugement à suivre pour faux témoignage

Les juges qui enquêtent sur l’attentat de Karachi, dans lequel 11 Français travaillant à la construction de sous-marins au Pakistan ont été tués en 2002, semblent convaincus qu’une partie des commissions perçues par Ziad Takieddine, à la faveur de contrats signés avec l’Arabie saoudite et le Pakistan, ont servi à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 via un système de rétrocommissions.

Plusieurs fois mis en examen dans le volet financier de cette affaire et impliqué dans l’enquête sur d’éventuels financements libyens de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, Ziad Takieddine sera jugé pour faux témoignage dans le cadre de ce dossier.

Avec AFP et Reuters

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.