Accéder au contenu principal

Une nouvelle manifestation anti-Bouteflika sévèrement réprimée à Alger

AFP | Un manifestant arrêté jeudi à Alger

Une quarantaine de manifestants ont été interpellés à Alger, jeudi, lors d'un nouveau rassemblement contre le quatrième mandat brigué par le président sortant, Abdelaziz Bouteflika.

Publicité

Depuis l’annonce de la candidature du président Abdelaziz Bouteflika le 22 février, 77 ans et 15 ans de pouvoir, à la présidentielle du 17 avril, les manifestations se multiplient en Algérie. Un nouveau rassemblement a eu lieu, jeudi, près de la faculté d’Alger, en plein centre-ville de la capitale. Une semaine plus tôt, au même endroit, une manifestation avait déjà été violemment maîtrisée.

"Vive l'Algérie", "Algérie libre et démocratique", scandaient les manifestants, surtout des jeunes, rassemblés en petits groupes sur la place jouxtant la faculté d’Alger. La tactique des manifestants était de s'éparpiller tout au long de la rue Didouche Mourad, rue principale de la capitale, pour ne pas se laisser encercler par les forces de l'ordre, ce qui rendait difficile toute évaluation du nombre de protestataires. Mais vu de loin, le tronçon était noir de monde, rapporte l’AFP qui ajoute qu’au moins 300 policiers étaient déployés. "Un dispositif sécuritaire similaire à celui des précédents rassemblements", relativise Kamel Zaït, correspondant de FRANCE 24 à Alger.

Une quarantaine d’interpellations

Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, président sortant, candidat du Front de libération national (FNL)

Ali Benflis, 69 ans, ancien Premier ministre (2000-2003), candidat du Front de libération national (FLN)

Mohamed Benhamou, 57 ans, élu député en 2007, candidat du parti El Karama (La dignité)

Ali Fawzi Rebaïne, 59 ans, président du parti Ahd 54

Moussa Touati, 60 ans, président du Front national algérien (FNA)

Abdelaziz Belaïd, 50 ans, président du parti El Moustakbal (Le futur)

Ali Zaghdoud, 75 ans, président du Rassemblement algérien (RA)

Louisa Hanoune, 59 ans, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT)

Mahfoud Adoul, président du parti Ennsar El Wanati (parti de la Victoire nationale)

Ali Benouari, 62 ans, ministre du Budget (1991-1992), président du parti 2014 Travail, justice, liberté

Sadek Temache, candidat indépendant

Abdelhakim Hamadi, candidat indépendant

Comme les fois précédentes, "tous ceux ou celles qui ont élevé la voix ont été arrêtés sur le champ", rapporte notre correspondant. Au total, une quarantaine de personnes, dont des journalistes, ont été interpellés de manière musclée par les forces de l'ordre, ont constaté FRANCE 24 et l’AFP. Parmi elles, Amira Bouraoui, médecin gynécologue et membre fondatrice du mouvement Barakat ("ça suffit"), opposé à un quatrième mandat du président Bouteflika, Mehdi Bsikri, du journal francophone "El Watan", ou encore Hassan Farhati, un militant de l'ONG SOS Disparus, en référence aux milliers de disparus de la guerre civile des années 90, arrêtés par des policiers en civil.

Le départ de Bouteflika fait consensus

Même dans les fourgons, les manifestants arrêtés continuaient à crier leur refus du système en tambourinant contre les parois des véhicules, a rapporté l’AFP. "Ce qui est nouveau, c’est que la rue soit du côté des manifestants", explique notre correspondant. "En 2011, lors de la vague de contestation, la rue était soit réservée, soit hostile aux rassemblements. Mais là, pratiquement tout le monde est d’accord avec les slogans des manifestants opposés à un quatrième mandat de Bouteflika, même les partisans du président", ajoute-t-il.

La capacité du président Bouteflika à continuer à diriger le pays est de plus en plus remise en question. Très amoindri par un AVC subi en avril 2013 et qui avait nécessité une hospitalisation de 80 jours en France, le président en exercice a présenté, lundi 3 mars, sa candidature devant le Conseil constitutionnel. Onze autres personnalités, dont son ancien chef du gouvernement et principal challenger Ali Benflis, ont déposé un dossier de candidature au Conseil qui doit annoncer d'ici la fin de la semaine prochaine la liste finale des candidats.

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.