Accéder au contenu principal

Obama veut mettre fin à la collecte massive d'écoutes par la NSA

AFP

À la suite du scandale des pratiques de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), révélées par Edward Snowden, Barack Obama prépare un plan législatif pour mettre fin à la collecte massive de données téléphoniques.

Publicité

Afin de mettre un terme à la collective massive et controversée de données téléphoniques par l'Agence nationale de sécurité (NSA), le président américain Barack Obama s'apprête à proposer un plan législatif au Congrès des États-Unis.

Selon ces mesures, révélées lundi 24 mars par le "New York Times", la "NSA mettrait fin à la collecte systématique des données sur les habitudes téléphoniques des Américains".

"Les enregistrements resteraient entre les mains des compagnies de téléphonie, à qui on ne demanderait pas de conserver les données plus longtemps que la durée normale. Et la NSA n'aurait accès à des enregistrements spécifiques qu'avec la permission d'un juge, utlisant un nouveau type de décision de justice", révèle le quotidien américain.

En d'autres termes, le gouvernement fédéral conserverait la capacité d'accéder à des "métadonnées", mais seulement au cas par cas et sur des affaires bien précises.

Un renouvellement de 90 jours

En juin dernier, Edward Snowden, un ex-consultant informatique de l'agence d'espionnage américaine, avait révélé dans les médias l'ampleur des programmes de surveillance. À la suite de ce scandale mondial, Barack Obama avait déjà exposé en janvier une réforme des pratiques de surveillance de la NSA, en promettant notamment que les services secrets ne pourraient plus espionner les dirigeants de pays amis ou alliés.

En attendant la mise en place effective de ces nouvelles mesures, l'administration américaine renouvellera l'autorisation du programme de la NSA de collecte et de stockage des métadonnées pour une durée de 90 jours, a indiqué un responsable à l'agence Reuters. Selon le "New York Times", la Maison Blanche espère que ce renouvellement sera le dernier.

La Commission de la Chambre des représentants chargée du renseignement a en outre élaboré un projet de loi bipartite, présenté mardi 25 mars, qui mettrait fin à la collecte massive de données téléphoniques des Américains, mais préserverait la capacité des autorités d'obtenir des informations sur les espions et terroristes, a appris le "Washington Post".

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.