Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

L’invité du jour

Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Attractivité : le concours de beauté de l’économie

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Khashoggi : quelles conséquences économiques pour l'Arabie saoudite ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Quand la Chine "rééduque" ses musulmans"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Jamal Khashoggi: "On ne menace pas l'Arabie saoudite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Louise Mushikiwabo nommée à la tête de la Francophonie malgré les critiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Kagame : "Avec Macron, nous pouvons faire des progrès"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Climat : trop nombreux pour la planète ?

En savoir plus

Afrique

Vidéo : le retrait des soldats tchadiens ravive les inquiétudes en Centrafrique

© FRANCE 24

Vidéo par James ANDRE , Tatiana MOSSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2014

Avec le retrait à venir des soldats tchadiens déployés en Centrafrique, les communautés chrétienne et musulmane s’inquiètent d'une probable flambée de violences à venir. Le premier défi des contingents de la MISCA sera de prévenir le bain de sang.

En Centrafrique, le retrait programmé des soldats tchadiens implique une redistribution des contingents de la force africaine, la MISCA, notamment pour protéger les musulmans qui attendent de fuir vers le Tchad. Impossible désormais pour les communautés musulmane et chrétienne de vivre dans la même ville.

Les journalistes de FRANCE 24 se sont rendus dans la dernière enclave musulmane de Bossangoa, à 305 km au nord-est de Bangui. Dans l’une des écoles de la ville, 500 personnes sont réfugiées et attendent avec grande inquiétude le départ des quelques soldats tchadiens qui patrouillent encore.

"Les anti-balakas sont en train de se promener avec des armes et ils font des tueries. Ils s’adonnent au pillage et sont en train d'assassiner les musulmans. Toutes les maisons des musulmans de Bossangoa ont été incendiées", explique Mahmad Adiallo, l’imam adjoint de Bossangoa.

Sur place, les activités des troupes tchadiennes sont réduites au minimum et les soldats préparent leur paquetage en prévision du retour au Tchad. Une perspective également présente pour les musulmans de Centrafrique, même si beaucoup refusent de croire que cet exil sera définitif.

"On doit revenir… On doit revenir parce qu'ici c'est notre village. On ne peut pas l’abandonner comme ça ! ", confie Garba Bouleye, un réfugié musulman.

Chez les chrétiens aussi, la peur est plus que jamais présente. Il ne reste que 600 des 42 000 déplacés qui s'étaient réfugiés à l'archevêché de la ville, lorsque la Seleka sévissait dans la région. 

"Les deux communautés souffrent toujours et ce n’est pas fini. Des ex-Selekas sont repartis au Tchad, et d'autres se sont volatilisé dans la nature. Ils sont toujours sur le territoire centrafricain", explique l’abbé Frédérique Tonfieu.

Les 850 soldats tchadiens ont entamé leur retrait du pays au début du mois d’avril. Jeudi, la France doit soumettre au Conseil de sécurité de l’ONU une résolution cruciale pour l’avenir du pays, prévoyant le déploiement de 12 000 casques bleus sur le territoire.
 

Première publication : 10/04/2014

  • EXCLUSIF

    Retrait des soldats tchadiens : "Les musulmans de Centrafrique sont inquiets"

    En savoir plus

  • LE JOURNAL DE L'AFRIQUE

    Centrafrique : Quel avenir pour la MISCA sans le Tchad ?

    En savoir plus

  • JOURNAL DE L'AFRIQUE

    Centrafrique : musulmans et chrétiens peuvent-ils encore vivre ensemble ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)