CINÉMA

"24 jours" : le film sur le calvaire d'Ilan Halimi est un devoir de mémoire, selon Arcady

AFP / Zabou Breitman incarne la mère d'Ilan Halimi dans le film d'Alexandre Arcady
3 mn

Le réalisateur Alexandre Arcady a porté sur grand écran l'histoire d'Ilan Halimi, ce garçon de 23 ans, torturé puis abattu par le "gang des barbares" parce qu'il était juif. Un film en forme de devoir de mémoire, estime le réalisateur.

Publicité

Abattu parce qu’il était juif. L’histoire d’Ilan Halimi, ce jeune homme de 23 ans, torturé pendant trois semaines puis massacré par le "gang des barbares", en janvier 2006, a été porté sur grand écran par Alexandre Arcady. Le réalisateur du long-métrage, en salle le 30 avril, intitulé "24 jours", en référence aux 24 jours d’agonie de la victime, ne voulait pas moins faire un film politique qu’une œuvre mémorielle. Parce que, estime-t-il, il est des morts qui doivent toujours rester vivants pour nous inciter à rester vigilant. "Les événements se poussent les uns les autres [dans l’actualité]. Il est important de ne pas oublier ce martyr", a-t-il expliqué lors de la projection qui a eu lieu dimanche 6 avril en avant-première à l’Élysée, en présence de François Hollande.

Un devoir de mémoire que l’actrice Zabou Breitman, qui incarne la mère d’Ilan à l’écran, défend elle aussi. "Le cinéma, c’est une mémoire, a-t-elle ajouté, quand on n’a pas de mémoire, on peut reproduire indéfiniment". Reproduire l’impensable, explique-t-elle au début du film. "Qui aurait pu croire qu’une chose pareille pouvait arriver à Paris en 2006", déclame l’actrice face caméra. "Et pourtant, tout est vrai. Bien trop vrai."

Le corps d’Ilan Halimi avait été retrouvé le long des lignes du RER près de la gare Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l’Essonne. Le jeune homme avait été attiré dans un guet-apens un soir de janvier 2006, à Sceaux, dans les Hauts-de-Seine. Il a ensuite été retenu et torturé dans une cité de Bagneux. Ses ravisseurs, pétris de préjugés antisémites, avait réclamé une rançon exorbitante à ses parents, estimant qu’un juif "est forcément riche". Youssouf Fofana, le chef du "gang des barbares", qui a reconnu avoir porté les coups mortels a été condamné à la prison à perpétuité en 2009.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine