Accéder au contenu principal

En images : la Méditerranée, plus grande poubelle d'Europe

(Pham et al.)

Bouteilles, sacs en plastiques, filets de pêches... Selon une étude publiée jeudi, les déchets humains désormais présents dans les fonds sous-marins des océans, sont "dangereux pour certains animaux qui les confondent avec de la nourriture".

PUBLICITÉ

Les objets trouvés dans les eaux européennes
Les objets trouvés dans les eaux européennes A:un sac plastique dans l’océan Arctique B:des déchets en mer Méditerranée C:une canette de bière dans l’Océan Atlantique D:un sac plastique en mer Méditerranée E:un paquet de riz dans l’Océan Atlantique F: des filets de pêche dans l'Océan Atlantique

On connaît l'existence d'un "septième continent de plastique", identifié dans le Pacifique. Mais on ignorait jusqu'à présent à quel point les déchets envahissent également les fonds sous-marins. Pour la première fois, une étude, publiée jeudi 1er mai et réalisée par une quinzaine d'organismes de recherches européens, révèle l'ampleur des dégâts : des cannettes, des sacs plastiques, des bouteilles et des filets inondent les fonds sous-marins des océans. 

Les chercheurs, qui ont prélevé près de 600 échantillons dans toutes les eaux et océans, à des profondeurs variant entre 35 et 4 500 mètres, ont pu constater que la Méditerranée est la zone la plus affectée en Europe, notamment près des grandes agglomérations. Parmi toutes les mers, les résidus plastiques sont largement majoritaires (41 %). Les objets liés aux activités de pêche (lignes et filets abandonnés) représentent 34 %. Des déchets en verre, en métal, en bois, en papier, en carton, des vêtements, des poteries mais aussi des "matériaux non identifiés" viennent également polluer l'écosystème sous-marin.

En effet, certains animaux confondent ces ordures avec de la nourriture et peuvent les ingérer. Les filets perdus en mer constituent également une réelle menace. "En continuant à piéger inutilement des coraux et certains poissons pendant plusieurs années, ces filets perdus affectent significativement les écosystèmes marins", indique dans un communiqué l'Ifremer, qui a participé aux recherches.

Pire encore, les chercheurs ont constaté la présence de déchets sur des sites qui n'avaient auparavant jamais fait l'objet d'aucune exploration.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.