Accéder au contenu principal
UKRAINE

Kiev réintroduit la conscription après un regain de violence à Donetsk

AFP
|
Vidéo par : Julien SAUVAGET
3 mn

Des centaines de manifestants pro-russes se sont emparés, jeudi, d'un nouveau bâtiment officiel de Donetsk, après avoir brutalisé des policiers. En réaction à la situation, Kiev a réintroduit le service militaire obligatoire.

Publicité

L'Ukraine a réintroduit, jeudi 1er mai, le service militaire obligatoire face à la dégradation de la situation dans le pays, en proie à une insurrection armée pro-russe depuis plusieurs semaines. Le président Olexandre Tourtchninov a signé un décret en ce sens.

Un peu plus tôt, le gouvernement ukrainien a dû faire face à une nouvelle flambée de violences à Donestk, à l’est du pays quand 300 manifestants pro-russes ont occupé le siège du parquet régional de la ville. Un assaut qui illustre une fois de plus l'impuissance croissante des autorités ukrainiennes à assurer l'ordre dans la province troublée du Donbass. Les protestataires, une fois à l’intérieur, ont saccagé les bureaux et brûlé tous les symboles faisant référence à l’État ukrainien.

Policiers désarmés et brutalisés

Les assaillants, pour la plupart des jeunes hommes en civil, mais dont beaucoup portaient des cagoules, ont entrepris de fouiller les bureaux, expliquant qu'ils "cherchaient les armes". Le bâtiment était vide avant l'assaut le jour étant férié.

Les policiers avaient auparavant tenté de leur barrer le passage en faisant usage de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène. Le bâtiment a été attaqué de plusieurs côtés en même temps et les forces de l'ordre ont rapidement été débordés et désarmés par la foule criant "Fascistes! Fascistes !". Certains policiers sont repartis en pleurant, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Une fois dépouillés de leurs casques, gilets, matraques et boucliers, ils ont quitté les lieux entre deux rangées de civils qui les huaient et les frappaient. Un émeutier et un policier blessés ont été évacués en ambulance.

Les pro-Russes contrôlent une douzaine de villes à l'est de l'Ukraine

L'attaque s'est produite à l'issue d'une manifestation pro-russe de quelque 10 000 personnes à Donetsk, ville d'un million d'habitants au cœur de ce que les rebelles séparatistes revendiquent comme "la république de Donetsk".

Lundi soir, une manifestation pour l'unité de l'Ukraine avait été attaquée par des manifestants pro-russes armés de couteaux et de barres de fer, faisant une quinzaine de blessés. Les rebelles pro-russes contrôlent l'administration régionale et la mairie depuis plusieurs semaines.

Hostiles au pouvoir mis en place à Kiev après le renversement du président Viktor Ianoukovitch, ils ont continué ces derniers jours d'étendre leur emprise. Ils contrôlent désormais des sites stratégiques (mairie, siège de la police et des services de sécurité) dans plus d'une douzaine de villes, dont Slaviansk et Horlivka.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.