Accéder au contenu principal
ECONOMIE

Déficit : Bruxelles estime que la France ne respectera pas ses engagements

AFP
|
Vidéo par : FRANCE 3
3 mn

La Commission européenne table sur un déficit de 3,4% du PIB pour la France en 2015, contre 3% promis par Manuel Valls. Paris estime que Bruxelles n’a pas pris en compte toutes les économies prévues dans le pacte de responsabilité.

Publicité

Un désaveu pour la politique économique de Manuel Valls ? Selon les prévisions de printemps de la Commission européenne publiées lundi 5 mai, la France ne ramènera son déficit public qu’à 3,4% du produit intérieur brut en 2015. C’est bien au delà des 3% que le Premier ministre avait promis à ses partenaire européens.

Un objectif que le ministère des Finances compte malgré tout maintenir, d’autant que le programme de stabilité a été voté par les députés il y a moins d’une semaine, à une courte majorité. "Notre stratégie d'économies doit nous permettre de descendre à 3% de déficit en 2015. Ce n'est pas remis en cause par les prévisions de la Commission aujourd'hui", déclare-t-on à Bercy. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a lui-même réaffirmé "sa détermination" à atteindre les 3%, estimant que l'exécutif européen n’avait pris en compte qu’"un certain nombre d'annonces [quant au pacte de responsabilité, NDLR] mais pas tout." Le plan du gouvernement prévoit 21 milliards d'euros d'économies publiques en 2015 sur les 50 milliards qui seront économisés d’ici à 2017.

Pour 2014, les économistes de Bruxelles anticipent un déficit public français à 3,9%, proche de celui de 3,8% retenu par le gouvernement, après 4,3% en 2013. Sur cette base, la dette publique de la France devrait progresser à 95,6% du PIB cette année, après 93,5% en 2013, puis 96,6% en 2015.

Une baisse du chômage pas avant 2015

Outre le déficit, la Commission table sur une croissance du PIB de 1,0% en 2014, sans changement par rapport à leur précédente prévision, mais revoient en baisse à 1,5%, contre 1,7% auparavant, celle de 2015.

Ils estiment, d'autre part, que le chômage ne devrait pas baisser avant 2015. Le taux devrait être de 10,4% de la population active cette année - soit 0,1 point de plus qu'en 2013 - puis de 10,2% l'an prochain.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.