Accéder au contenu principal
NIGERIA

Obama s'engage pour retrouver les victimes de Boko Haram

AFP
3 mn

Alors que la mobilisation prend de l'ampleur au Nigeria pour retrouver les jeunes filles détenues par la secte Boko Haram, 11 autres adolescentes ont été kidnappées. Les États-Unis ont annoncé l'envoi d'experts pour aider à les retrouver.

Publicité
L'enlèvement de plus de 276 lycéennes le 14 avril dernier par la secte Boko Haram au Nigeria a choqué aux quatre coins du monde. Parmi ces jeunes filles, 223 sont toujours en captivité et 53 ont réussi à s'enfuir, selon la police. Pourtant, malgré la mobilisation du Nigeria, le groupe islamiste a récidivé : il est soupçonné d’avoir enlevé plusieurs autres adolescentes, dans la nuit du 5 au 6 mai. Le dernier bilan, mercredi, fait état de 11 nouvelles  jeunes filles kidnapées. Une situation qui a poussé Washington à proposer son aide aux autorités nigériannes.

Les États-Unis feront "tout ce qu'ils peuvent" pour aider les autorités nigérianes à retrouver les jeunes filles enlevées par Boko Haram, a ainsi déclaré mardi 6 mai le président Barack Obama, au lendemain du nouveau rapt.

"Nous ferons tout ce que nous pourrons pour leur fournir de l'aide. Notre objectif à court terme est évidemment d'aider la communauté internationale et le gouvernement nigérian pour qu'ensemble nous récupérions ces jeunes filles", a annoncé le président américain sur la chaîne NBC.

À plus long terme, "nous devrons nous occuper du problème plus général que sont des organisations comme celles-ci capables de provoquer un tel chaos dans la vie quotidienne des gens", a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'État américain John Kerry, qui s'est entretenu par téléphone, mardi, avec le président nigérian, assuré que les États-Unis étaient "prêts à envoyer une équipe au Nigeria pour discuter de la façon dont ils pouvaient au mieux apporter de l'aide" pour retrouver les jeunes filles.

 
Le président nigérian Goodluck Jonathan a accepté cette offre, mais les détails de l'opération doivent encore être précisés. Les États-Unis ont aussi proposé de mettre en place une équipe de coordination à leur ambassade à Abuja. Elle serait composée de personnel militaire américain, de responsables des forces de l'ordre ainsi que d'experts dans les situations d'enlèvements.

Les autorités nigériannes ont offert mercredi l'équivalent de 300 000 dollars de récompense à toute personne ayant des informations sur les jeunes filles.
 

Boko Haram, dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché" en langue haoussa, revendique la création d'un État islamique dans le nord du Nigeria. Le groupe extrémiste a déjà fait plusieurs milliers de morts depuis le début de son insurrection en 2009, au cours d'attaques visant des écoles, des églises, des mosquées et des symboles de l'État et des forces de l'ordre.
 
Avec Reuters et AFP 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.