Dans la presse

"Les patrons ne sont pas des salopards"

France 24

Presse française, Mardi 13 mai 2014. Au menu de cette revue de presse, la polémique sur le choix de Christiane Taubira de s’abstenir de chanter La Marseillaise, la politique fiscale du gouvernement, la transition énergétique allemande et la gestion d’Areva version Lauvergeon.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, la polémique après le choix de Christiane Taubira de s’abstenir de chanter la Marseillaise lors d’une cérémonie célébrant l’abolition de l’esclavage.
 
C’est un silence que la  ministre de la Justice a justifié par son souhait de se «recueillir» plutôt que de se livrer à ce qu’elle a qualifié de «karaoké d’estrade» - une formule que certains à droite ont beaucoup critiquée, et que le FN dénonce comme le signe du «mépris» de la ministre et de tout le gouvernement: «Ce dérapage inacceptable est une preuve symbolique de leur mépris pour la France, pour son histoire, et pour son peuple», dixit Marine Le Pen, ce qui amène le Parisien à se demander si «l’hymne national» est un chant «sacré» - sacrée polémique, d’après Michel Wieviorka, pour qui l’affaire illustre «le degré zéro de la politique».
 
Le Figaro insiste: «Christiane Taubira aurait pu traiter la polémique naissante par le mépris ou par l’ironie. En cherchant à la justifier, à la théoriser, elle a attisé la polémique. Etait-ce bien nécessaire?».
 
Du côté de l’Opinion, c’est la politique fiscale du gouvernement qui fait débat. Si 650 000 ménages modestes échapperont cette année à l’impôt sur le revenu, les prélèvements devraient, en revanche, augmenter de 12 milliards d’euros pour le reste des ménages. Le journal annonce déjà une «saison 2» de la «révolte fiscale», à un moment où «les chèques aux entreprises se multiplient».
 
Ce choix d’une politique de l’offre est accueilli avec chaleur du côté du Medef. Dans un entretien accordé au Parisien, le patron des patrons explique que François Hollande et Manuel Valls «ont compris que les patrons ne sont pas des salopards». Pierre Gattaz estime, en revanche, que «les entreprises ne peuvent pas s’engager sur des chiffres de créations d’emploi», en contrepartie des allègements de charges.
 
Critiques également contre la réforme territoriale du gouvernement, qui a promis de réduire le nombre de régions et de supprimer les départements - à lire du côté du Figaro, qui assure que le projet est «mal parti», car il susciterait des réticences à gauche et à droite, ce qui pose problème dans la mesure où une réforme constitutionnelle et une majorité des trois cinquièmes au Congrès seraient nécessaires.
 
A la rubrique «critiques», toujours, le procès dans l’Humanité du «contre-modèle» énergétique allemand. Le journal affirme que le «tournant énergétique», qui s’est accéléré en 2011 avec l’abandon du nucléaire, est en train de tourner au «cauchemar écologique», avec des «records d’émission de CO2».
 
Le dossier nucléaire, suite et fin, à la Une des Echos, qui révèlent le contenu d’un prérapport de la Cour des comptes sur la gestion de l’ancienne patronne d’Areva, Anne Lauvergeon. Le document évoque des «dérives» et dresse «un bilan de santé inquiétant» du groupe.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine