Accéder au contenu principal

Des djihadistes présumés arrêtés à Strasbourg, six personnes en garde à vue

Capture d'écran i>Télé

Entre cinq et dix hommes de retour de Syrie, soupçonnés d'être partis faire le djihad en décembre dernier, ont été arrêtés mardi matin à l'aube dans le quartier de la Meinau, à Strasbourg. Six personnes ont été placées en garde à vue.

PUBLICITÉ

Opération policière contre des djihadistes présumés dans une grande ville française, mardi 13 mai. Selon Europe 1, l'opération menée par les membres du Raid et du GIPN (groupe d’intervention de la police nationale) s'est déroulée peu avant 6 heures dans le quartier de la Meinau à Strasbourg (Bas-Rhin).

Six personnes ont été placées en garde à vue, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. "Conduite dans un cadre judiciaire par la nouvelle Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) appuyée par le Raid, l'opération s'est parfaitement déroulée", a précisé le ministre lors d'une déclaration à la presse à Beauvau.

Ces arrestations viseraient à vérifier si ces jeunes, domiciliés dans ce quartier populaire de Strasbourg, se sont rendus en Syrie fin 2013 avec l’intention d’y faire le djihad.

Des vacances, prétexte pour partir faire le djihad en Syrie

À la mi-décembre 2013, selon les informations d’Europe 1, quatorze jeunes du quartier avaient prétexté des vacances à Dubaï pour s’envoler pour Antalya, en Turquie. De là, ils auraient rejoint un camp d’entraînement djihadiste avant d’entrer en Syrie.

Ce coup de filet intervient plus de deux semaines après la présentation par Bernard Cazeneuve d’un plan de lutte contre les filières djihadistes. Selon le ministre français de l’Intérieur, début mai, 285 Français se trouvaient en Syrie pour le djihad, soit "une hausse de 75 % ces six derniers mois".

>> À lire sur FRANCE 24 : "Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France"

Cent-vingt Français "seraient en transit vers la Syrie, 25 ont été tuées lors des combats et une centaine seraient revenues en France après avoir combattu", avait-il ajouté. Plus de cent femmes et une trentaine de mineurs sont concernés par ces filières. Plusieurs dizaines de procédures judiciaires sont déjà ouvertes en France.

Si de nombreux djihadistes continuent d'affluer en Syrie, un certain nombre d'entre eux font le choix de rentrer chez eux en raison des combats fratricides entre djihadistes, comme l'ont rapporté les journalistes Wassim Nasr (FRANCE 24) et David Thomson (RFI).

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.