Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Quand le mouvement #BringBackOurGirls se retourne contre Obama

Twitter
4 mn

Profitant du mouvement #BringBackOurGirls soutenu par Michelle Obama, les internautes du monde entier ont détourné le sujet pour le transformer en une campagne anti-drone visant la Maison Blanche.

Publicité

Tout a commencé le 9 mai dernier par un tweet des Anonymous. “Répondez à l’empathie sélective de la Maison Blanche en utilisant le hashtag #BringBackYourDrones”, a écrit le collectif de défense des libertés individuelles, dont le compte Twitter est suivi, à ce jour, par plus d’un million de personnes à travers le monde. Le but de l’opération : profiter du succès de la campagne internationale #BringBackOurGirls en soutien aux lycéennes nigérianes kidnappées mi-avril, pour faire passer un message à l’administration Obama.

Imitant la Première dame américaine qui s’était laissée photographier avec une pancarte #BringBackOurGirls, les internautes se sont rapidement pris au jeu en postant leur propre cliché. Les poses et les messages sont différents mais tous ont cherché à pointer du doigt, à leur manière, la politique de la Maison Blanche en matière de drones, dont l’utilisation excessive a donné lieu à de nombreux scandales dus aux bavures de l’armée américaine. Ce sujet qui fait particulièrement débat aux États-Unis, autant dans l’opinion publique que dans la classe politique, doit faire l’objet d’un texte de loi très prochainement.

En attendant, la twittosphère s’en est donné à cœur joie, comme l’a signalé le site de la chaîne Al-Jazeera, qui a repéré ce mouvement. Florilège :

Le tweet de Michelle Obama détourné avec le hashtag #BringBackYourDrones

"Votre mari a tué plus de jeunes musulmanes que Boko Haram ne le pourra jamais"

"Rien ne pourra ramener les enfants que les frappes de drones de mon mari ont tués"

"Si j'avais été blessée par un drone d'Obama, vous ne connaîtriez pas mon nom" (en référence à la jeune pakistanaise Malala)

Depuis quelques jours, les esprits échaudés ont toutefois laissé place aux critiques. Certains internautes ont cherché à rééquilibrer le débat en dénonçant un mouvement qui n'avait aucun rapport avec la noble cause défendue par Michelle Obama.

"Détourner #BringBackOurGirls vers un débat sur les drones c'est comme dire que le sujet initial n'importe pas assez"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.