Accéder au contenu principal

Vidéo : un conseiller d'Erdogan frappe un manifestant

AFP | Yusuf Yerkel frappe un manifestant à Soma, le 14 mai

Un conseiller du Premier ministre turc a frappé un manifestant, mercredi, à Soma, lors de la visite chahutée de Recep Tayyip Erdogan dans cette ville minière, où 282 mineurs ont trouvé la mort.

Publicité

La photo ne pourrait pas être plus explicite. Mercredi 14 juin, alors que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan se fait chahuter par des manifestants à Soma - où pas moins de 280 mineurs ont trouvé la mort la veille dans l'effondrement d'une mine de charbon - un proche conseiller du chef de gouvernement, Yusuf Yerkel, s’en est pris physiquement à un manifestant.

Vidéo montrant la fin de l'agression

Le collaborateur d’Erdogan, qui a visiblement perdu son sang froid, a frappé "trois à quatre fois" ce manifestant maintenu à terre par deux policiers. D'après le "Hurriyet Daily News", Yusuf Yerkel a reconnu être l'auteur des faits. Il a cependant assuré s'être défendu face à une attaque du jeune homme. "Il m'a insulté et agressé. Est-ce que j'aurais dû rester les bras croisés ?", s'est-il justifié. Selon des témoins, le manifestant aurait seulement donné un coup de pied dans une des voitures du convoi du Premier ministre, avant d'être interpellé par des policiers.

Quelle que soit la vraie version des faits, les internautes n'ont pas tardé à réagir et à condamner le comportement inadmissible de ce conseiller. Le cabinet du Premier ministre n’a fait aucun commentaire, se contentant de déclarer que cette affaire ne concernait que Yusuf Yerkel.

Lors de cette visite officielle, mercredi 14 mai, à Soma, le chef du gouvernement - accusé de ne rien faire pour améliorer les conditions de sécurité dans les mines - a été pris à partie par des habitants en colère. Selon plusieurs journaux turcs, Erdogan a dû se réfugier pendant quelques minutes dans un supermarché, avant que les policiers ne rétablissent l'ordre.

La voiture du Premier ministre Erdogan est bousculée par les manifestants, à Soma

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.