Accéder au contenu principal
CATASTROPHE MINIÈRE

Turquie : fin des opérations de secours dans la mine de Soma

AFP - Des mineurs attendent des nouvelles de leurs compagnons, le 16 mai
3 mn

Il n'y a désormais plus aucun mineur au fond de la mine de Soma, en Turquie. Les secouristes ont remonté les deux derniers corps samedi, mettant ainsi fin aux recherches. Le bilan définitif de la catastrophe s'élève à 301 morts.

Publicité

Les secouristes ont récupéré samedi 17 mai les corps des deux derniers mineurs encore bloqués au fond de la mine de Soma, portant le bilan définitif de la catastrophe à 301 morts, a annoncé le ministre turc de l'Energie, Taner Yildiz.

"La mission de sauvetage a été menée jusqu'à son terme. Il n'y a désormais plus aucun mineur au fond de la mine", de Soma [à l'ouest de la Turquie], a déclaré aux journalistes Taner Yildiz, qui devait donner une conférence de presse plus tard dans l'après-midi. Un nouvel incendie s'était déclaré samedi matin dans la mine dévastée, retardant la fin des opérations de récupération des victimes.

Erdogan promet de faire "toute la lumière"

L'accident minier de Soma a provoqué depuis mardi une intense émotion dans tout le pays et déclenché une nouvelle fronde contre le gouvernement islamo-conservateur du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, accusé d'avoir négligé la sécurité des mineurs. Vendredi 16 mai, en fin d’après-midi, la police a d'ailleurs violemment dispersé les manifestants, à coups de canons à eaux et gaz lacrymogènes, blessant au moins cinq personnes.

Déjà fortement contesté par une mobilisation populaire inédite en été 2013, le pouvoir a tenté de calmer les esprits en promettant de faire "toute la lumière" sur la pire catastrophe industrielle de l'histoire du pays.

"Il y aura une enquête approfondie", a assuré, mercredi, Recep Tayyip Erdogan, qui s'était rendu sur place. Mais il a aussi imputé l'accident à la fatalité, donnant comme exemple des accidents survenus en France au début du XXe siècle, exacerbant encore la colère populaire. "Les accidents sont dans la nature même des mines", a affirmé Erdogan, avant d'être hué et violemment pris à partie par la population locale.

Un conseiller d'Erdogan frappe un manifestant à Soma

Pour ne rien arranger à cette situation sociale délétère, un conseiller du chef du gouvernement a été filmé et photographié, mercredi, en train de frapper un manifestant maintenu à terre par deux policiers, à Soma.

>> A lire sur FRANCE 24 : Un conseiller d'Erdogan frappe un manifestant

Ces vidéos ont enflammé les réseaux sociaux et renforcé l'impression d'un chef de gouvernement manquant d'empathie pour les victimes du drame. La police est sur le qui-vive dans toute la Turquie depuis l'accident et réprime violemment tout rassemblement, comme à Izmir [ouest] jeudi ou à Istanbul.

De son côté, la compagnie privée qui exploite la mine de Soma a pour sa part démenti toute "négligence". "Nous n'avons commis aucune négligence dans cet accident", a affirmé Akin Celik, le directeur d'exploitation de Soma Kömür Isletmeleri devant les journalistes. Une explosion de poussière de charbon pourrait être à l'origine de l'effondrement de la mine, a-t-il ajouté, et non pas le court-circuit d'un transformateur électrique, comme évoqué juste après l'accident.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.