Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : les signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"W'ere in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des gilets jaunes : L'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

EUROPE

Petro Porochenko, le roi du chocolat élu à la présidence ukrainienne

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 26/05/2014

Le milliardaire Petro Porochenko, partisan des manifestants de la place Maïdan, a remporté la présidentielle ukrainienne dès le premier tour. L'homme hérite d'une tâche immense : mettre fin à la crise qui divise son pays. Portrait.

"Je ne laisserai personne transformer l'est de l'Ukraine en Somalie", a assené Petro Porochenko, le tout nouveau président de l'Ukraine au lendemain de l'élection présidentielle, alors que des affrontements se poursuivent entre l'armée ukrainienne et les insurgés pro-russes.

La solution à la crise ukrainienne viendrait-elle de cet homme d’affaires de 48 ans qui a su se tailler, en quelques mois, un costume d’homme providentiel ? Les Ukrainiens veulent y croire. Au début de la campagne, l’homme ne semblait pourtant pas disposer de toutes les cartes pour remporter la présidence.

Un vieux routier de la politique ukrainienne

Depuis 20 ans, ce briscard de la politique n’a eu de cesse de changer de camps au gré des opportunités. Après ses premiers pas à la Rada (parlement ukrainien) en 1998 comme député et membre du Parti social-démocrate d'Ukraine (parti proche du président d’alors Leonid Koutchma), l’ambitieux n’a pas tardé à créer Solidarité en 2000, un mouvement indépendant de centre-gauche avant de se rallier au Parti des régions, parti de centre droit, en 2001. En décembre de la même année, Petro Porochenko est devenu le chef de campagne de Viktor Iouchtchenko au sein de la coalition d'opposition Notre Ukraine.

À la tête de plusieurs administrations stratégiques dans les années 2000, puis ministre des Affaires étrangères, sous la présidence du leader de la révolution orange Viktor Iouchtchenko, Petro Porochenko obtiendra plus tard les ministères de l'Économie sous Viktor Ianoukovitch, le président pro-russe destitué en février 2014.

Un parcours chaotique que d’aucuns pourraient taxer d'opportuniste. Mais Petro Porochenko a su faire de cette faiblesse une force. Nombre d’observateurs, à l’instar de l'intellectuel ukrainien Oleksiy Panych, voient plutôt dans cette sinueuse carrière politique l’expression d’une expérience solidement ancrée au cœur d’un système qu’il faut savoir maîtriser de l’intérieur par temps de crise.

Un "Willy Wonka" milliardaire

Mais c’est incontestablement la réussite du milliardaire qui a séduit les Ukrainiens. Le businessman, dont la fortune est estimée par le magazine "Forbes" à 1,6 milliard de dollars, est aux commandes du groupe Roshen, un empire qui fait la fierté de la nation. L’homme politique n’a d’ailleurs pas hésité à communiquer durant la campagne électorale sur les conditions avantageuses des employés de ses usines, rémunérés 7 000 grivnas, 435 euros, soit deux fois le salaire moyen en Ukraine, pour mettre en avant ses qualités de gestionnaire.

Un précieux argument de campagne pour ce self-made man, parti d’Odessa, sa ville natale, avec un simple diplôme d’économie en poche. De ses premières sociétés de conseil jusqu’à l’importation de fèves de cacao, l’homme d’affaire a constitué au fil des années un groupe aussi grand que diversifié dans la confiserie, l’automobile, la construction navale et les médias.

À ce titre, sa chaîne de télévision Canal 5, lui a été fort utile pour briguer la présidence du pays. L’homme n’a pas hésité à utiliser ce redoutable outil de propagande pour diffuser à sa guise ses clips de campagnes et messages destinés à servir ses intérêts politiques.

Homme d’affaires accompli, il a été l’un des premiers à prendre ouvertement fait et cause pour les contestataires de la place Maïdan. Pure conviction idéologique ? Pas seulement, car ses entreprises, Roshen en tête, ont subi de plein fouet les pressions commerciales russes visant à faire capoter les négociations de libre-échange entre l’Ukraine et l’Union européenne (dont l’échec a provoqué les manifestations de Maïdan). Aujourd’hui, le cinquième président de l'Ukraine indépendante va devoir se poser en homme de compromis pour défendre les intérêts de toute une nation déchirée. Vaste entreprise.

Première publication : 26/05/2014

  • UKRAINE

    Les Ukrainiens aux urnes, peu de bureaux de vote ouverts dans l'est

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    Ukraine : le milliardaire Porochenko revendique la victoire dès le premier tour

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Lavrov et Porochenko ouvrent la voie au dialogue en Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)