Accéder au contenu principal
UKRAINE

Les observateurs de l'OSCE "interpellés" par des séparatistes prorusses

AFP | Une voiture de l'OSCE, à Slaviansk
2 mn

Les séparatistes prorusses ont confirmé jeudi avoir "interpellé" les quatre observateurs de l'OSCE avec lesquels l'organisation a perdu tout contact depuis le début de la semaine dans l'est de l'Ukraine.

Publicité

Les quatre observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) arrêtés lundi par des séparatistes prorusses semblent avoir été été localisés. "Le groupe qui a disparu au sud de Donetsk, ce sont quatre personnes. Nous savons où ils sont, ils sont sains et saufs", a déclaré jeudi 29 mai à l'agence Interfax Viatcheslav Ponomarev, le "maire" autoproclamé de Slaviansk, bastion prorusse de l'est de l'Ukraine.

"Nous les avons interpellés. Nous allons mettre au clair qui ils sont, où ils allaient et pourquoi, et nous les relâcherons", a-t-il ajouté. "Nous leur avions dit de ne pas se déplacer pendant quelque temps, mais il y a eu ces quatre, les plus téméraires. Ils ont bien sûr été interpellés", a encore déclaré M. Ponomarev.

Selon l'agence russe, il a soupçonné les quatre observateurs de se livrer à une mission de renseignement.

"Libération immédiate et sans condition"

De son côté, l'organisation basée à Vienne a annoncé mardi qu'elle avait perdu le contact avec une équipe de quatre observateurs dont un Danois, un Estonien, un Turc et un Suisse.

Le président en exercice de l'OSCE, le président suisse Didier Burkhalter, a demandé mercredi leur "libération immédiate et sans condition", qualifiant leur détention présumée d'"acte de sabotage des efforts internationaux pour aider l'Ukraine à surmonter la crise".

Sur le terrain, la tension reste vive dans l'est du pays avec une attaque meurtrière des insurgés contre une unité ukrainienne mercredi soir à Lougansk. À Donetsk, de nouveaux tirs ont été entendus mercredi matin dans le centre et la zone proche de l'aéroport, inaccessible depuis les intenses combats de lundi qui ont fait une quarantaine de morts, principalement des insurgés.

Avec AFP et REUTERS

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.