Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

FRANCE

D-Day : "Je n'ai pas essayé d'être un héros"

© FRANCE 24

Vidéo par Marie-Laure JOSSELIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/06/2014

Environ 500 vétérans canadiens de la Seconde Guerre mondiale vont recevoir la légion d’honneur française d’ici à la fin de l’année. Le Québécois Gaston Auger est l'un d'entre eux. À 17 ans, il a été l’un des plus jeunes prisonniers canadiens.

Dans sa maison de Longueuil, en banlieue de Montréal, Gaston Auger sort une vieille photographie. Sur le cliché jauni, il n’a pas encore 18 ans, la Seconde Guerre mondiale vient de s'achever et Gaston Auger se fait soigner au Royaume-Uni après neuf mois de captivité en Allemagne. Pendant 70 ans, il n’a pratiquement jamais parlé de son histoire, pas même à sa femme ni à ses cinq enfants.

"C’est la première année que je sors mes affaires, mes souvenirs. Je ne les ai jamais regardés depuis ce temps-là", raconte l'ancien soldat canadien à FRANCE 24. Gaston Auger à 16 ans lorsqu’il s’enrôle. Il a envie d'aventure. En juilllet 1944, il débarque en France. Un mois plus tard, il est capturé dans une grange près de Caen : "L’officier allemand nous a demandé de tourner la tête vers le mur. Va-t-il nous mitrailler ? Qu’est ce qu’ils vont faire ? On ne sait pas".

Finalement, le jeune canadien est fait prisonnier. Commence alors la longue route jusqu'à un camp de travail en Allemagne. "On a marché, marché, marché jour et nuit. Et puis là, on se fait mitrailler sur le chemin par nos propres avions ! J’étais obligé de me cacher derrière les arbres", raconte-t-il.

Malgré le travail forcé, le manque de nourriture et le froid, le prisonnier au numéro 86-185 ne tente pas de s’enfuir : "Je n’ai pas essayé d’être un héros parce, sinon, je ne serais pas ici ! Je suis un zéro. J'ai fait ma part".

Le 1er mai 1945, les Américains le libèrent. De ce jour, il a conservé un brassard nazi, volé sur la table de ses gardiens : "Je l’ai trouvé dans mon camp, à ma libération. Je voulais garder un souvenir". S’il a si longtemps tu son expérience, le vétéran canadien souhaite désormais léguer à ses enfants et petits-enfants les traces de ce qui n’était, au début, qu’une envie d’aventure.

Première publication : 05/06/2014

  • LIBÉRATION DE LA FRANCE

    Débarquement : Bernard Dargols, un Français parmi les GI's

    En savoir plus

  • SECONDE GUERRE MONDIALE

    En images : les derniers libérateurs du "D-Day"

    En savoir plus

  • DÉBARQUEMENT

    "D-Day" : les soldats noirs tombés dans l'oubli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)