Accéder au contenu principal

Ukraine : Obama promet le soutien des États-Unis à Porochenko

AFP - Petro Porochenko et Barack Obama

Le président américain a rencontré mercredi le chef de l'État ukrainien fraîchement élu, Petro Porochenko, à Varsovie. L'occasion pour Obama de réaffirmer son soutien militaire à Kiev, alors que les violences se poursuivent dans l'est du pays.

Publicité

Alors que l’est de Ukraine ne connaît aucune accalmie, le nouveau président pro-occidental Petro Porochenko a rencontré, mercredi 4 juin, le président Barack Obama à Varsovie, à l’occasion du 25e anniversaire des premières élections démocratiques en Pologne. Un geste fort des Américains, qui avaient déjà proposé la veille un milliard de dollars à Kiev pour muscler la sécurité en Europe de l'Est.

Nous n'accepterons jamais l'occupation de la Crimée par la Russie, ni les violations de la souveraineté de l'Ukraine", a déclaré le président américain lors de cette première rencontre avec son homologue ukrainien.

>> À voir sur FRANCE 24 : En images, sous les feux des tirs croisés, les civils fuient les combats à l'Est

"Sombres manoeuvres"

"Après avoir versé autant de sang et dépensé autant de moyens pour réunir l'Europe, comment pourrions-nous permettre que les sombres manœuvres datant du XXe siècle renaissent dans ce nouveau siècle", a poursuivi le président américain devant une quarantaine de dirigeants internationaux réunis pour cet anniversaire. "Comme nous l'a rappelé l'agression de la Russie en Ukraine, nos nations libres ne peuvent s'éloigner de notre idéal commun d'une Europe libre et en paix", a-t-il ajouté.

it
fr/ptw/2014/06/04/WB_FR_NW_GRAB_GULLIVER_Q1_13H30_NW849482-A-01-20140604.mp4

Obama a également enteriné son soutien militaire à l’Ukraine. Ce plan de sécurité – présenté comme "une initiative pour rassurer l'Europe" - doit encore être approuvé par le Congrès. À Bruxelles, les ministres de la Défense des pays de l'Otan ont salué ce plan de sécurité et se sont accordés mardi sur des mesures supplémentaires pour rassurer, sur le long terme, les pays alliés d'Europe de l'est inquiets de la crise ukrainienne et de la politique de la Russie.

S'exprimant à l'issue de la rencontre, Petro Porochenko a déclaré qu'il présenterait un plan de paix peu après son entrée en fonction samedi prochain. "Très rapidement après mon investiture, nous présenterons notre plan en vue de trouver une solution pacifique à la situation dans l'Est", a-t-il dit aux journalistes.

Les combats se poursuivent à l'est du pays

Dans l'est du pays, la situation est toujours délétère et les combats se poursuivent entre pro-russes et l'armée ukrainienne. Les autorités ont fait état mercredi de plus de 300 morts chez les rebelles dans le cadre d'une vaste offensive lancée contre les séparatistes.

Les forces ukrainiennes ont intensifié mardi 3 juin leur offensive contre les pro-russes de Sloviansk, donnant lieu à des échanges de tirs nourris. L'offensive lancée depuis près de deux mois par Kiev a fait plus de 200 morts parmi les insurgés, les forces ukrainiennes et la population civile.

L'Otan a cependant indiqué que la Russie avait retiré la plupart des quelque 40 000 soldats qu'elle avait massés près de la frontière avec l'Ukraine. Ceux qui restaient se préparaient à partir. Après les affrontements entre gardes-frontières et séparatistes pro-russes à Lougansk, le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé un "crime" des autorités de Kiev "contre leur propre peuple".

Les États-Unis ont de leur côté affirmé détenir des "preuves" selon lesquelles Moscou continuait à laisser passer des "combattants" et des "armes" dans l'est de l'Ukraine. Des accusations que la Russie a toujours réfutées. Le pays exige que Kiev cesse son "opération punitive" dans l'Est.

La visite de Barack Obama en Pologne sera suivie d'un sommet du G7 à Bruxelles, mercredi soir et jeudi, convoqué après la décision des Occidentaux d'annuler le G8 de Sotchi (sud de la Russie) et de suspendre la Russie de ce groupe à la suite du rattachement de la Crimée à son territoire.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.