Accéder au contenu principal

Accusé de corruption, le maire de Venise démissionne

AFP | Un couple de touristes sur la place Saint-Marc inondée, en novembre 2013.

Giorgio Orsoni, élu maire de Venise en 2010, a annoncé vendredi sa démission. Il est soupçonné d'être impliqué dans un scandale financier lié au gigantesque chantier Moïse, destiné à protéger la ville des inondations.

Publicité

Le maire de Venise, Giorgio Orsoni, récemment impliqué dans un scandale de corruption et de blanchiment d'argent, puis abandonné par sa formation politique, le Parti démocrate, a annoncé vendredi 13 juin qu’il quittait ses fonctions.

Giorgio Orsoni, maire de Venise.
Giorgio Orsoni, maire de Venise. AFP

Giorgio Orsoni a été assigné à résidence le 4 juin dernier dans le cadre d'une vaste enquête visant des dizaines d’hommes politiques de la région de Venise, dont un conseiller régional du Parti démocrate, mais aussi un général de l’armée ainsi que plusieurs chefs d'entreprise. La police a déjà procédé à 25 arrestations.

Un chantier pour protéger Venise des inondations

Ces personnes sont suspectées d'avoir mis en place une caisse noire, dans le cadre du gigantesque chantier Moïse destiné à protéger Venise des inondations grâce à d'immenses digues flottantes. Les enquêteurs soupçonnent l'existence d'un système de fausses factures et de pots-de-vin, via cette fameuse caisse noire.

Giorgio Orsoni est accusé d'avoir ainsi illégalement financé sa campagne électorale aux municipales de 2010. Des accusations qu'il réfute.

Jeudi, sa période d’assignation à résidence a pris fin. Il a immédiatement regagné la municipalité dans le but d'annoncer son intention de poursuivre son mandat de maire. Mais une partie importante du Parti démocrate l'a "lâché", le contraignant finalement à jeter l'éponge vendredi.

"Nous sommes désolés d'un point de vue humain pour Giorgio Orsoni [...] mais nous sommes parvenus à la conviction que les conditions pour qu'il poursuive son mandat de maire de Venise n'existent plus", ont indiqué, vendredi matin dans un communiqué, Debora Serracchiani, vice-secrétaire du Parti démocrate, et Roger de Menech, secrétaire régional du parti pour la Vénétie.

"Ce qui m'a rendu vraiment amer, dans cette histoire, c'est le comportement inacceptable du Parti démocrate, la manière superficielle dont il a traité mon affaire", s'est plaint Giogio Orsoni dans plusieurs médias.

Sa démission sera effective dans 20 jours. Le préfet devra alors nommer un commissaire pour diriger la cité des Doges avant de nouvelles élections.

Le gouvernement italien doit de son côté prendre de nouvelles mesures en Conseil des ministres pour renforcer la lutte contre la corruption, à la suite de plusieurs scandales, dont celui de Venise.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.