Accéder au contenu principal

Le président du Parlement palestinien arrêté par l'armée israélienne

AFP | Des soldats israéliens dans le camp de réfugiés de Jalazone, au nord de Ramallah.

Le président du Parlement palestinien et membre du Hamas, Aziz Dweik, a été arrêté lundi matin par l'armée israélienne, dans le cadre de l’enquête sur l'enlèvement de trois Israéliens jeudi soir.

Publicité

L'armée israélienne a arrêté, dans la nuit de dimanche à lundi 16 juin, le président du Parlement palestinien et membre du Hamas, Aziz Dweik, à Hébron, en Cisjordanie, dans le cadre de son opération pour retrouver trois jeunes Israéliens enlevés jeudi soir. Cinq autres députés du Hamas de la ville d’Hébron ont également été arrêtés.

"L'armée se concentre sur ceux qui ont participé, ont été impliqués [dans l'enlèvement, NDLR] ou ont des informations sur le lieu où se trouvent Gilad Shaar, Naftali Frenkel et Eyal Yifrah", a affirmé dans un communiqué Peter Lerner, un porte-parole de l'armée. Les trois Israéliens, âgés de 16 à 19 ans, sont étudiants dans une yeshiva proche de Gush Etzion, une grande colonie située près d'Hébron.

Peter Lerner a également fait état de l'arrestation de 40 Palestiniens dans la nuit de dimanche à lundi, ce qui porte à 150 le nombre de Palestiniens été arrêtés par l’armée israélienne depuis l'enlèvement des trois adolescents jeudi soir.

Un Palestinien de 19 ans, Ahmed Arafat, a par ailleurs été tué lundi matin, lors d'une incursion de l'armée israëlienne dans le camp de Jalazone, près de Ramallah, dans le cadre de la recherche des trois jeunes israéliens. Le jeune homme a été touché par balle à la poitrine lors de heurts qui ont éclaté entre les habitants du camp et les soldats de Tsahal.  

Netanyahou tient le Hamas pour responsable de l’enlèvement

La disparition des ces trois Israéliens est intervenue 10 jours après l’entrée en fonction du nouveau gouvernement intrapalestinien, qui regroupe des technocrates soutenus par le Hamas et le Fatah. Parmi les dizaines de Palestiniens interpellés dans la nuit de dimanche à lundi, se trouvent une majorité de membres du Hamas - dont le député Hassan Youssef, l'un des fondateurs du mouvement islamiste.

 
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a accusé dimanche le mouvement islamiste palestinien de l'enlèvement des trois Israéliens. "Ceux qui ont orchestré le kidnapping de nos jeunes sont des membres du Hamas – le même Hamas avec qui Mahmoud Abbas a constitué un gouvernement d’union nationale", a lancé le chef du gouvernement israélien, à l'ouverture du Conseil des ministres hebdomadaire, qui s'est tenu exceptionnellement dans les locaux du ministère de la Défense, à Tel-Aviv.
 
Le chef du gouvernement de l’État hébreux a, par ailleurs, assuré qu'il comptait sur l'aide de Mahmoud Abbas pour retrouver les Israéliens kidnappés.
 
De son côté, Mahmoud Abbas a condamné lundi à la fois le rapt des trois adolescents et "les violations israéliennes" lors de la vague de répression en cours.
 
Hébron, la plus grande ville de Cisjordanie, est bouclée depuis dimanche. Des barrages ont été établis à l'entrée de la cité, pour filtrer les véhicules qui entrent ou sortent.
Tsahal communique largement sur l'opération en cours pour retrouver les trois adolescents, alors que leur enlèvement fait la une des médias israéliens depuis jeudi. Utilisant le hastag #BringBackOurBoys, en référence à la campagne de mobilisation en ligne qui a suivi le kidnapping d’adolescentes nigérianes par Boko Haram, l'armée israélienne diffuse régulièrement  sur des vidéos montrant les recherches en cours sur ses comptes Twitter.
 
Avec AFP  

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.